Le billet

09/06/2016

​Buuuut !



10 juillet. Nous y sommes. En finale. Depuis un mois, la victoire est en nous. Soudain, Griezmann marque ! Hollande jaillit de son siège : « Buuuut ! » Il part embrasser Juppé et Sarkozy. Non, ça, c'est une feinte : l'Euro, c'est sa victoire à lui, lui seul. Sûr, il va remonter au score des sondeurs. Le prochain tournoi dans un an, ça va déchirer. L'équipe socialiste au maillot sans poing ni rose devra suivre. Trop de jeu collectif nuit. Ras-le-bol des collectifs de syndicalistes agitateurs, de députés frondeurs, de CRS frappeurs. Ce sera son combat. Il va tous les tacler, les dribler. Crochet tout à droite pour écarter Le Pen, débordement tout à gauche pour lâcher Mélenchon, et que je te repique côté droit pour affronter Juppé. Devant les micros, à la mi-temps, il attaquera même l'argent du foot pour emballer le public. Et à la 90e mn, but. Par un trou de souris. Le foot fera toujours rêver.

Michel Rouger





1.Posté par Bouju Martine faire votre connaissance le 14/06/2016 21:54
quand on a chez soi un fou
de foot, on aimerait, de temps en temps des mi-temps plus longues!
amicalement Martine BOUJU

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires