Le billet

​Brexit breizh


22/03/2018




Branle-bas de combat dans les campagnes et villes bretonnes. A partir de ce vendredi et jusqu'à la mi-avril, les 331 caisses locales du Crédit Mutuel Arkéa se prononcent sur l'indépendance de la banque. On imagine l'ambiance dans les bistrots qui jouxtent les agences : - Ma mie dit que c'est folie d'aller faire la guerre aux Francs et aux Alsaciens -  Moi je dis que c'est folie d'être enchaîné plus longtemps. Bien sûr, c'est encore une guerre de Seigneurs, ici de la finance. Rien ne serait arrivé si le très cher PDG Yann Per Denez (Jean-Pierre Denis) était devenu président de la Confédération nationale aujourd'hui abhorrée. Et rien ne dit qu'Arkéa, qui a prospéré au sein de celle-ci, vivra mieux demain, sonné par un combat  qui déchire les salariés. Mais c'est tentant. Comme pour les Anglais et Catalans en d'autres circonstances, l'indépendance est un élixir enivrant. Les conséquences, les Bretons pourront toujours en faire une chanson

Michel Rouger

2018_03_22_brexit_breizh.mp3 2018 03 22 Brexit Breizh.mp3  (1.6 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​2018, la révolte - 13/12/2018

La panne - 06/12/2018

Chaussée glissante - 15/11/2018

Les vieux - 16/10/2018

​Quartier sensible - 04/10/2018

​L'œuf - 27/09/2018

​Le vieux Marcheur - 20/09/2018

Le changement - 06/09/2018

Un été français - 16/07/2018

​Patronat - 05/07/2018

​Buuuuuut ! - 27/06/2018

​Naufrage - 21/06/2018

Dingue - 15/06/2018

Handicap - 06/06/2018

​Escalades - 31/05/2018

Niche - 25/05/2018

Les résistants - 17/05/2018

1 2 3 4 5 » ... 16


Le billet de la semaine

​Le grand débat national

Le peuple :
Rétablissez l'Impôt sur la fortune ! On veut la justice fiscale !
Le monarque républicain :
Pas touche pas à l'ISF ! Pas touche à mes réformes ! Pas touche aux riches !
Le peuple :
Nous, nous sommes surtaxés !
Le monarque :
Beaucoup n'ont pas le sens de l'effort. Mais oui aux  baisses d'impôts : quels services publics voulez-vous supprimer ?
Le peuple :
Il y a des millions de pauvres !
Le monarque :
Il y en  a parmi eux qui déconnent. Si on parlait plutôt des immigrés ?
Le peuple :
Mais c'est en dernier dans notre cahier de doléances !
Embarras du monarque. Que faire de cette idée - une « diversion nauséabonde » a dit SOS Racisme - inspirée par Sarkozy, l'un de ses conseillers aujourd'hui préférés ? Et qu'adviendrait-il, au final, du grand débat national ? Au moins, se réjouissait-il, le peuple semblait vouloir réduire le poids de ses représentants jugés trop nombreux et trop payés. Et c'est ainsi que clopinait la démocratie dans cette Ve République à l'hyper présidence de plus en plus baroque : un jour, peut-être, ferait-elle l'objet d'un grand débat dans le pays. 

Michel Rouger

17/01/2019

Nono

Newsletter