Le billet

22/03/2018

​Brexit breizh



Branle-bas de combat dans les campagnes et villes bretonnes. A partir de ce vendredi et jusqu'à la mi-avril, les 331 caisses locales du Crédit Mutuel Arkéa se prononcent sur l'indépendance de la banque. On imagine l'ambiance dans les bistrots qui jouxtent les agences : - Ma mie dit que c'est folie d'aller faire la guerre aux Francs et aux Alsaciens -  Moi je dis que c'est folie d'être enchaîné plus longtemps. Bien sûr, c'est encore une guerre de Seigneurs, ici de la finance. Rien ne serait arrivé si le très cher PDG Yann Per Denez (Jean-Pierre Denis) était devenu président de la Confédération nationale aujourd'hui abhorrée. Et rien ne dit qu'Arkéa, qui a prospéré au sein de celle-ci, vivra mieux demain, sonné par un combat  qui déchire les salariés. Mais c'est tentant. Comme pour les Anglais et Catalans en d'autres circonstances, l'indépendance est un élixir enivrant. Les conséquences, les Bretons pourront toujours en faire une chanson

Michel Rouger

2018_03_22_brexit_breizh.mp3 2018 03 22 Brexit Breizh.mp3  (1.6 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires