Le billet

10/01/2019

​2019, année barbare ?



Les fous furieux vous souhaitent une bonne année. A Toulon, un flic gradé, connu pour sa brutalité et sa légion d'honneur, s'est déchaîné sur des manifestants. A Paris, un ancien boxeur s'est acharné sur un gendarme à terre. Le boxeur est soutenu par des milliers de complices qui veulent payer ses frais de justice. Les flics sont aiguillonnés par un philosophe, Luc Ferry, la pensée au bout du fusil, qui les invite à tirer. « De l'art de cogner en démocratie » de Luc Ferry riposte ainsi à la doctrine « De l'art de haïr en démocratie » de Michel Onfray, le philosophe au lance-flammes. Qui apaisera les esprits ? Craignant toujours les corps intermédiaires, seuls en mesure de pacifier le pays, notre Président dominateur essaie de  retourner l'opinion. Il abuse du privilège de l'État, le monopole de la violence, au risque de tous les dérapages. "Bonne année !", trinquent et retrinquent les extrémistes. 

Michel Rouger

2019_01_10_2019_annee_barbare.mp3 2019 01 10 2019 année barbare.mp3  (1.42 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires