Le billet

​2019, année barbare ?


10/01/2019




Les fous furieux vous souhaitent une bonne année. A Toulon, un flic gradé, connu pour sa brutalité et sa légion d'honneur, s'est déchaîné sur des manifestants. A Paris, un ancien boxeur s'est acharné sur un gendarme à terre. Le boxeur est soutenu par des milliers de complices qui veulent payer ses frais de justice. Les flics sont aiguillonnés par un philosophe, Luc Ferry, la pensée au bout du fusil, qui les invite à tirer. « De l'art de cogner en démocratie » de Luc Ferry riposte ainsi à la doctrine « De l'art de haïr en démocratie » de Michel Onfray, le philosophe au lance-flammes. Qui apaisera les esprits ? Craignant toujours les corps intermédiaires, seuls en mesure de pacifier le pays, notre Président dominateur essaie de  retourner l'opinion. Il abuse du privilège de l'État, le monopole de la violence, au risque de tous les dérapages. "Bonne année !", trinquent et retrinquent les extrémistes. 

Michel Rouger

2019_01_10_2019_annee_barbare.mp3 2019 01 10 2019 année barbare.mp3  (1.42 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

La panne - 06/12/2018

Chaussée glissante - 15/11/2018

Les vieux - 16/10/2018

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Le couple diabolique

Increvables, le néolibéralisme et le vieux nationalisme dansent ensemble en Europe depuis trente ans. Le premier précarise les salariés, impose de nouveaux servages, oppose l'individu au collectif et le consommateur au citoyen, dérègle le climat et empoisonne le vivant : c'est tout bénéficie pour le second qui exploite le désarroi, racornit les esprits, vend ses mensonges et illusions. Aujourd'hui, le couple, décidé à régner encore plus sur le Vieux Continent, tente une nouvelle escroquerie aux élections européennes du 26 mai :  faire croire que seul l'un peut stopper l'autre. Contre la liste Le Pen, votez Macron. Contre la liste Macron, votez Le Pen. C'est tragique. Et absurde : la majorité au Parlement européen va se jouer comme d'habitude entre la droite  et la gauche. Pour les électeurs, par exemple, qui ont envie d'une Europe sociale, écologique et démocratique, il est nécessaire de faire passer le maximum de listes de gauche au-dessus de 5%, le seuil pour avoir des députés. Nécessaire de voter pour freiner, sinon stopper, le duo diabolique.  

Michel Rouger

16/05/2019

Nono

Newsletter