Le billet

19/12/2013

Un régal



Pour les menus de réveillons, ne sommes-nous pas un peu trop à cheval sur les traditions ? Prenez la dinde bio : c'est très convenu, fort cher et les adeptes des circuits courts osent-ils parfois regarder en face les innocents gallinacés du paysan voisin ? Non, cette année, pensez cheval. C'est l'animal qui monte. Il faut simplement savoir où s'adresser. Le mieux est d'avoir un pote, par exemple dans un comité d'entreprise, qui trafique un peu, qui a une filière. Dans la viande, le trafic et la filière, c'est ça l'essentiel. Et on peut faire de belles trouvailles. Il y a un an, pour les fêtes, on avait découvert des moussakas où de l'excellent cheval se mêlait secrètement à la viande de bœuf. Cette année, on trouve mieux encore et à petit prix : l'entrecôte de cheval de labo. De nouveaux progrès sont attendus l'an prochain. Les bons repas, ça fait du bien.
 
Michel Rouger
 





1.Posté par patrick le 19/12/2013 21:02
merci et bon appétit ;0)

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires