Le billet

Oui !


19/04/2017




Oui, non, peut-être, ça dépend, à moins que... Bornés mis à part, l'électeur de cette Présidentielle n'est pas un citoyen sûr de ses valeurs : il est le plus souvent indécis, calculateur, stratège. Et que je te suppute, conjecture, pronostique pour un concours qui s'annonce tragiquement foireux. Reconquérons notre droit de vote. Disons quel avenir nous désirons pour nos enfants, les générations futures, et préparons ainsi, loin de la duperie de l'homme providentiel, les inévitables et nécessaires confrontations de demain. Alors tout devient plus simple. Oui, sans aucun chantage, à une Union européenne forte,  sociale, solidaire, démocratique, écologiste. Oui à une solidarité moderne liée à la transformation du travail. Oui à une vraie égalité des droits et des devoirs dans l'éducation, la santé, la justice. Oui à une France multiculturelle riche de ses différences... Sur les 11, il y en a bien un qui peut aider à ça ! Oui, un. Vite, son nom ! Ah non. Secret de l'isoloir.

Michel Rouger

oui.mp3 Oui.mp3  (1.81 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Non - 22/02/2018

​Chers ghettos - 15/02/2018

​A la noix - 08/02/2018

​Président Et-Et - 25/01/2018

L'automobiliste - 11/01/2018

​On y croit - 04/01/2018

8 - 20/12/2017

​Lire - 06/12/2017

Tais-toi et marche - 23/11/2017

​Abysses - 16/11/2017

​Crac(s) - 09/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Ensemble - 13/09/2017

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​Non

La Ghouta orientale. « L'enfer sur terre », dit Antonio Guterres, le secrétaire général de l'Onu. « Un autre Srebenica », alerte The Guardian, le quotidien britannque. Un carnage. Mais il a lieu en Syrie et comme en Bosnie hier, comme en Afghanistan, en Somalie, au Kivu ou au Yemen aujourd'hui, plus ça dure, plus c'est dur d'assister continûment au massacre des enfants et au renoncement des puissances. Alors l'envie vient de singer les singes de la sagesse. Rien voir, rien entendre, rien dire. Fuir. Oublier les guerres, les injustices, les périls. Consommer, communiquer, courir les émotions factices du siècle. Étouffer la voix intérieure. Mais cette voix reste là, constante, ardente. Non. Car il n'y a pas de bonheur sans elle. Et pas de liberté, d'humanité, sans s'indigner. Toujours.

Michel Rouger

22/02/2018

Nono










Newsletter