Justice / Inégalités

Ghada Hatem, la gynécologue au service de toutes les femmes


27/10/2016

Aucune journée du docteur Ghada Hatem-Gantzer ne se ressemble et c’est précisément ce qui lui plaît. Cette gynécologue de 57 ans pratique à l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis (93). Avec un humour décapant, Ghada l’appelle « l’hôpital international » en faisant référence à l’hôpital américain de Neuilly, là où vont accoucher nombre de célébrités. Dans sa maternité, Ghada voit passer de nombreuses nationalités mais pas de star, plutôt l’autre extrême du spectre social.




Ghada Hatem, la gynécologue au service de toutes les femmes
ghana_hatem.mp3 Ghana Hatem.mp3  (6.14 Mo)


Beaucoup de femmes en proie à des difficultés sociales, financières, conjugales viennent en consultation. Certaines arrivent même le jour de l’accouchement, sans avoir été suivies pendant la grossesse. Le docteur Hatem le dit sans pudeur, ce poste en Seine-Saint-Denis lui a fait découvrir une réalité qu’elle n’avait pas côtoyée lors de ses précédentes affectations, à la maternité des Bluets (Paris XIIe) et à celle de l’hôpital militaire Bégin de Saint-Mandé. « Je me suis adaptée à cette patientèle qui demande une attention et une patience particulières, lance-t-elle. Il faut vraiment aimer travailler comme ça et c’est mon cas. » 

Les consultations de cette matinée offrent une idée de la difficulté de faire passer des messages auprès de certaines patientes. Une femme accompagnée de sa fille présente une tumeur à l’utérus. Le docteur Hatem lui propose depuis longtemps une ablation. Avec des mots choisis, une certaine fermeté et une pointe d’humour, la praticienne tente de rassurer même si elle appréhende que la patiente se désiste. « Certaines ne se présentent pas le jour de l’opération, soupire-t-elle. Le problème c’est que quand on les revoit en consultation, en général les choses se sont empirées. »

Ghada Hatem, la gynécologue au service de toutes les femmes

« Une grande ouverture »

Cette Libanaise de naissance a pu envisager brièvement, à l’adolescence, de devenir architecte. Très vite, elle opte pour la médecine et notamment la gynécologie. Mère de trois enfants, Ghada a pratiqué toutes les facettes de sa discipline : de la gynécologie courante (contraception en passant par les cas de cancer et les problèmes d’infertilité). Sur ce dernier aspect, elle s’est d’ailleurs battue pour que l’hôpital soit doté d’un centre de PMA (procréation médicalement assistée).

Au sous-sol du bâtiment, elle tient absolument à nous le faire visiter. Il s’agit d’un bel exemple de partenariat entre un laboratoire privé et un hôpital public. En guise d’introduction de la visite, cette phrase : « Croyez-en mon expérience, pour une femme, un désir d’enfant non satisfait c’est plus triste que le cancer du sein. » Deux femmes attendent dans une salle d’attente joliment décorée avec un canapé confortable et des coussins en wax. « J’avais vraiment besoin d’être rassurée surtout que je suis diabétique, explique Aurélia, 39 ans, qui attend une ponction de ses ovocytes. Elle (ndlr : le docteur Hatem) a vraiment ce truc qui rassure, un grand calme et une sérénité. » 

Guy Cassuto du laboratoire Drouot évoque sa collègue en ces termes : « Ghada écoute les patientes comme les cliniciens, sans aucune prétention et dans une grande ouverture, raconte-t-il. C’est ce qui explique qu’on a envie de la suivre dans ses projets. » Il a accepté de venir monter le centre de PMA à la demande du docteur Hatem car il avait déjà travaillé avec elle. 

Ghada Hatem, la gynécologue au service de toutes les femmes

Une Maison des Femmes

L’autre projet qui a beaucoup occupé ces derniers mois notre gynécologue, c’est la Maison des Femmes. Partant du constat que de nombreuses patientes étaient en proie à des violences, il a été imaginé un lieu où elles pourraient consulter des spécialistes. Ce bâtiment qui se trouve dans l’enceinte de l’hôpital, mais offre un accès direct depuis la rue, propose depuis juillet des consultations spécifiques. Il s’agit d’une première en France. Inceste, excision, violences conjugales, viol…Des spécialistes formés à ces situations consultent sur place. Deux chirurgiens spécialisés dans la reconstruction du clitoris effectuent des permanences.

Il a fallu beaucoup de temps et d’énergie pour rassembler les 950 000 € nécessaires à la construction de cette maison aux couleurs chatoyantes de 250 m2. Comme pour le centre de PMA, un soin particulier a été apporté à la décoration du lieu. « On veut que les femmes arrivent dans des endroits où elles se sentent bien, souligne Ghada Hatem. Je suis convaincue que le beau appelle le beau et le propre appelle le propre. »

En la regardant lentement, on se demande ce qui frappe d’abord chez cette femme au teint mat et aux cheveux bouclés. Son énergie ? Ou le bleu lagon de ses yeux cernés par le manque de sommeil cumulé par des nuits trop courtes qui s’enchaînent ? Peut-être cette énergie à la fois rassurante et capable de soulever des montagnes. Elle l’explique par ses origines libanaises. « Pour les Libanais, rien n’est impossible », conclut-elle. On la croit sur parole. 


Servane PHILIPPE





1.Posté par guiral le 11/03/2017 14:07
Bonjour Docteur.
Je viens de suivre le reportage Tv sur la 2 13h15. BRAVO pour votre combat.
Avez vous lancé une demande de fond participatif sur le net ? Je pense que beaucoup de gens ont dû être touché par votre travail et votre entousiasme à créer de nouveaux lieux pour les femmes en soufrance. Et qu'ils aimeraient comme moi contribuer à financer avec leurs petits moyens votre projet. Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

2.Posté par Rkap le 30/09/2017 15:37
Bonjour Ghada Atem.
Pourras tu m'envoyer ton numero de contact Please?

Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono