Vu, lu, entendu... Afrique

Veille de résultats d'élections à Kinshasa


06/12/2011

Hubert Bonnier est, depuis plus d'un an, boulanger à Kinshasa, en RDC (République démocratique du Congo). Lecteur fidèle d'Histoires Ordinaires, il nous informe dans ce billet sur l'ambiance qui règne dans la capitale à la veille des résultats des secondes élections démocratiques du pays. Il livre aussi son analyse personnelle du contexte social et politique.




Veille de résultats d'élections à Kinshasa

Dimanche 4 Décembre, Kinshasa

Veille des résultats de l’élection présidentielle en RDC, république « très » démocratique du Congo.
 
Un peu comme une veillée d'armes. Les rues sont calmes.
 
Beaucoup des expatriés sont rentrés en Europe dans l’attente des évènements à suivre. Un nombre difficilement calculable de Congolais ou d’expatriés africains a aussi traversé le fleuve, direction Brazza pour se mettre à l’abri.
 
Ceux qui restent, comme moi, prennent leurs précautions. On se déplace très peu et seulement après avoir téléphoné à des contacts relais pour s’assurer que la voie et libre, Nous avons plus de deux semaines de provisions et d'eau potable en réserve à la maison. Le gardiennage est sur les dents. Stock de bougies, ok. Groupe électrogène révisé.
 
 La dernière élection en 2006 a laissé de très mauvais souvenirs à la population, sinon à la conscience internationale.
 

Pas plus d'hommes d'Etat que d'Etat

Ici, pour reprendre une analyse politique, entendue sur France 24, il n’y a "pas plus d’hommes d’Etat que d’Etat". Dans ce pays à la lourde histoire de guerre et de violences, au moment de la diffusion des résultats, tout peut arriver et échapper, même au leader.
 
Le quotidien du pays ressemble à son histoire : plus  de 700 viols par jour dans la ville de KIN ; le choléra et la rage qui déciment la population ; la misère qui règne partout ; le manque des plus élémentaires structures. Les militaires payés moins de 50 dollars par mois ne se gênent pas pour se servir de leurs armes et donner le signal aux pillages...
 
Un peuple qui a une bourgeoisie et une classe moyenne, comme la Tunisie, fait la révolution. Un peuple dans la misère et sans le moindre horizon, ne connaît que l’émeute.
 
Nous sommes dans un cas de figure très différent de la Côte d’Ivoire que l’on compare ici à la Suisse Romande ! Si des forces venaient à s’affronter, elles ne seraient pas commanditées par tel ou tel intérêt, au nom d un pouvoir ou d’une puissance financière identifiable, mais complètement anarchiques et parfaitement incontrôlables par ceux la même qui auront mis le feu aux poudres.
 
Sinon il fait plutôt beau. La saison des pluies est agréable à vivre et a bien fait remonter le fleuve qui en a vu d’autres et même en a charrié d’autres...
 
Hubert Bonnier





Dans la même rubrique :
< >


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono