Vu, lu, entendu... Afrique

Veille de résultats d'élections à Kinshasa


06/12/2011

Hubert Bonnier est, depuis plus d'un an, boulanger à Kinshasa, en RDC (République démocratique du Congo). Lecteur fidèle d'Histoires Ordinaires, il nous informe dans ce billet sur l'ambiance qui règne dans la capitale à la veille des résultats des secondes élections démocratiques du pays. Il livre aussi son analyse personnelle du contexte social et politique.




Veille de résultats d'élections à Kinshasa

Dimanche 4 Décembre, Kinshasa

Veille des résultats de l’élection présidentielle en RDC, république « très » démocratique du Congo.
 
Un peu comme une veillée d'armes. Les rues sont calmes.
 
Beaucoup des expatriés sont rentrés en Europe dans l’attente des évènements à suivre. Un nombre difficilement calculable de Congolais ou d’expatriés africains a aussi traversé le fleuve, direction Brazza pour se mettre à l’abri.
 
Ceux qui restent, comme moi, prennent leurs précautions. On se déplace très peu et seulement après avoir téléphoné à des contacts relais pour s’assurer que la voie et libre, Nous avons plus de deux semaines de provisions et d'eau potable en réserve à la maison. Le gardiennage est sur les dents. Stock de bougies, ok. Groupe électrogène révisé.
 
 La dernière élection en 2006 a laissé de très mauvais souvenirs à la population, sinon à la conscience internationale.
 

Pas plus d'hommes d'Etat que d'Etat

Ici, pour reprendre une analyse politique, entendue sur France 24, il n’y a "pas plus d’hommes d’Etat que d’Etat". Dans ce pays à la lourde histoire de guerre et de violences, au moment de la diffusion des résultats, tout peut arriver et échapper, même au leader.
 
Le quotidien du pays ressemble à son histoire : plus  de 700 viols par jour dans la ville de KIN ; le choléra et la rage qui déciment la population ; la misère qui règne partout ; le manque des plus élémentaires structures. Les militaires payés moins de 50 dollars par mois ne se gênent pas pour se servir de leurs armes et donner le signal aux pillages...
 
Un peuple qui a une bourgeoisie et une classe moyenne, comme la Tunisie, fait la révolution. Un peuple dans la misère et sans le moindre horizon, ne connaît que l’émeute.
 
Nous sommes dans un cas de figure très différent de la Côte d’Ivoire que l’on compare ici à la Suisse Romande ! Si des forces venaient à s’affronter, elles ne seraient pas commanditées par tel ou tel intérêt, au nom d un pouvoir ou d’une puissance financière identifiable, mais complètement anarchiques et parfaitement incontrôlables par ceux la même qui auront mis le feu aux poudres.
 
Sinon il fait plutôt beau. La saison des pluies est agréable à vivre et a bien fait remonter le fleuve qui en a vu d’autres et même en a charrié d’autres...
 
Hubert Bonnier





Dans la même rubrique :
< >






Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Penelope

On peut le révéler : l'affaire Fillon est finie. Ouvrage il y a eu. Dans la solitude de son château, Penelope tricotait ardemment au coin du feu des chandails et des chaussettes pour les pauvres que son mari opiniâtrement créait à Paris, avec son parti. L'assistante parlementaire assistait. Ça fait cher la pelote mais la laine du mouton noir du natal Pays de Galles n'est pas donnée. Penelope aurait bien aimé aussi, pour l'abbé Pierre, abriter quelques familles sans logement mais il est difficile de cohabiter avec ces gens-là. Comprenons bien que François et Penelope souffrent en ce moment tant ils se sentent en accord avec leur foi catholique qui leur répète que les pauvres sont habillés pour le paradis. Avec Penelope et Les Républicains, prions pour que François Fillon devienne président et applique son programme : développer la pauvreté et aider Penelope à faire sa pelote.

Michel Rouger

01/02/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"