Vu, lu, entendu... Afrique

Pétition : 37 villages sénégalais privés de leurs terres


13/03/2014



Peuples Solidaires appelle à signer une pétition contre le scandale de l'accaparement des terres qui se déroule dans la région de Fanaye :  plus de 26 000 hectares de terres protégées détournées vers la production d'agrocarburants pour l'Europe
 
L'affaire a commencé en 2010 et a donné lieu à un drame le 26 octobre 2011 : deux paysans tués et des dizaines d’autres blessés lors d’une manifestation. Le Président de l’époque, Abdoulaye Wade, suspend alors le projet… mais le ré-autorise en mars 2012. Sitôt élu, son successeur, Macky Sall, l'annule à son tour… puis, à son tour, le ré-autorise. Le lobbying doit être intense.

Le projet est mis en œuvre par l’entreprise Senhuile SA, un consortium détenu à 51 % par Tampieri Financial Group, basé en Italie et à 49 % par Sénéthanol SA, basée à Dakar. 9 000 personnes de 37 villages sont touchées. Elles vivent en grande partie de l’élevage semi-nomade. L'opération les privent d’un accès à leurs pâturages, aux sources de nourriture, d’eau et de bois de chauffage, ce qui oblige notamment les femmes à parcourir de très longues distances pour y accéder...
 




Dans la même rubrique :
< >


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono