Vu, lu, entendu... Afrique

Deux jeunes Africains inventent un savon contre le palu


30/01/2014




L'Afrique loin des clichés…  Étudiants de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et l’environnement (2iE) à Ouagadougoule Burkinabé Moctar Dembélé, et le Burundais, Gérard Niyondiko ont inventé un savon de protection contre le paludisme, qui leur a valu de remporter le concours Global Social Venture Competition, qui récompense des projets d’entreprise innovants et sociaux de grandes écoles dans le monde. C'est une première pour des jeunes non Américains.  

Les 25 000 dollars du prix 
devraient leur permettre de lancer leur entreprise, Faso Soap. La composition du savon, qui intègre karIté, citronnelle et autres herbes, est tenue secrète. Si elle se trouve confirmée, cette invention peu coûteuse pour l'usager peut constituer un progrès prodigieux dans la lutte contre le paludisme qui tue près d'un million de personnes dans le monde chaque année, majoritairement en Afrique.

À lire sur Youphil




Dans la même rubrique :
< >






Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Régime

Tous au régime, répètent les journaux. Pas pour nous aider à amincir des corps trop débordants l'été venu. Là, c'est trop tard. Non, le régime, c'est la métaphore préférée des médias pour rendre légers les choix brutaux des gouvernants. Au "régime", ou à la « "diète", les collectivités locales, l'État, la Sécu. Ou bien, pour changer : L'État "réduit son train de vie", "se serre la ceinture". Etc. Trop gras, trop gros, que fondent tous ces milliards en trop ! Bien sûr, les médias pourraient titrer sur les victimes de ces régimes à répétition, les mal soignés, les mal logés. Sur les firmes privées qui font du gras sur des services jusqu'ici gratuits. Ou encore sur les immenses besoins non satisfaits. Eloignés du réel, ils soutiennent au contraire par de doux euphémismes les idéologues de l'impôt allégé et de la diète publique.

Michel Rouger

20/07/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"