Connectez-vous

Le billet de la semaine

Le rameur

« Toute godille ou tout zigzag rendrait incompréhensible notre politique », a dit François Hollande en s'accrochant à ses rames, au milieu des courants du PS, devant la rentrée pourrie qui pointe à l'horizon. Mais la métaphore est troublante. N'est-ce pas une sorte d'antiphrase, de lapsus calami ? On imagine volontiers le Président se disant le soir au fond de son fragile esquif : « Depuis deux ans, toutes les godilles, tous les zigzags rendent incompréhensible ma politique ; un coup à gauche, un coup à droite, deux coups de travers, je n'avance pas, je recule. » Députés socialistes, comprenez donc le drame du rameur solitaire dans la nuit élyséenne. Cessez de fronder, soutenez. Au fond, soyez des godillots, attribut qui n'a rien de la godille, légué par Alexis Godillot, le père franc-comtois du célèbre brodequin par ailleurs grand organisateur de fêtes officielles sous Napolélon III. Pas de fête aujourd'hui. On rame.

Michel Rouger

21/08/2014

Nono

Dans nos blogs
Rebelles non-violents

Que se passe-t-il à Bagnaia ?


Une vie à provoquer la rencontre

Newsletter

Librairie Histoires Ordinaires
Infos pratiques
Histoires Ordinaires aime
Créez votre blog !
Histoires Ordinaires édite

Les ouvrages d'Histoires Ordinaires Éditions

Dans sa volonté d'atteindre tous les publics et de trouver des ressources pour financer des reportages de jeunes journalistes pigistes, Histoires Ordinaires publie des ouvrages depuis 2013.