Travail
À l'initiative de Nelly, l'ancienne déléguée syndicale CFDT de la chaussure, et de Michel son mari, ils sont plus de 300 à avoir rejoint l'association La Sirène qui agit depuis trois ans pour créer, à Fougères, un « Lieu de mémoire ouvrière et industrielle ». En projet, cette année, outre l'étude sur ce lieu de mémoire, un « beau livre » de photos et de textes poétiques.
Complices depuis le lycée et à l’évidence amoureux, Clémence et Maxime abordent depuis deux ans le monde du travail avec courage, optimisme et de l’énergie à revendre. Ils n’expriment jamais le sentiment de vivre en galère. Pas facile, pourtant, à 26 ans, de se faire une place dans les métiers culturels ou artistiques qu’ils ont choisis. Clémence a été élevée seule par sa mère, travailleuse...
C'est une histoire de femmes, licenciées à la fermeture de leur usine et qui recréent elles-mêmes leur atelier : AD Confection. Chaque jour, à la périphérie de Cholet, les anciennes de New Man confectionnent une histoire de résistantes plongées dans la grande compétition ouvrière mondiale.
L'arroseur arrosé, le reporter reporterisé... Venu interviewer Yffic Dornic, me voilà filmé, interrogé sur mes souvenirs brestois, les grèves de la navale, tout ça : quel sacré chasseur d'Histoire il fait, Yffic ! Au vrai, la belle histoire, c'est lui. Faudra que les Brestois en fassent une chanson ! Et nous brandirons nos verres à la santé du citoyen Yffic Dornic, la mémoire, joyeuse et...
En septembre 2011 nous dessinions le portrait de Christine Cassin, déléguée CFDT aux abattoirs de Kerméné. Elle est de ces militants syndicaux d’entreprises qui, au quotidien, sont engagés pour la défense des salariés. Utile, quand tant d’ouvriers sont touchés par la crise en Bretagne et dans le reste du pays. A 2 h 30 ce matin, elle était déjà debout et là, maintenant, en plein après-midi, elle...
 
1 2


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Fou du Puy

En cet an de grâce 2020, le Président de la République Française a donc offert au vicomte vendéen Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon le privilège d’ouvrir la saison culturelle estivale avec ses troupes médiévales et archaïques en lieu et place des poètes, musiciens, comédiens et autres saltimbanques d’aujourd’hui empêchés. De tout le pays fusent les protestations, bruissent les questions. Pourquoi le vicomte ? Pourquoi cet affront au grand voisin vendéen, le radical Clemenceau, dont le chef de la "guerre" anti-virus dit pourtant aussi s’inspirer ? Le Président communiquant joue avec tous, son Premier ministre, ses députés, ses opposants mais surtout, il est fou du Puy du Fou. Le jeune bourgeois picard adoubé à Paris par un président socialiste mais déplorant l’absence de la "figure du roi ", avait lancé en 2016, visitant le vicomte : "Je ne suis pas socialiste", "je suis Puyfolais". Plus que de Clemenceau, Puyfolais 1er va donc peut-être s’inspirer de Cathelineau ou Charette pour rassembler ses troupes de Marcheurs aujourd’hui quelque peu en désordre.

Michel Rouger

28/05/2020

Nono












Partenaires