Vu, Lu, Entendu...

20/09/2018

Sur "Portraits documentaires", le musicien Álvaro Martínez León



Nouvelle rencontre sur la websérie "Portraits documentaires " de Clovis Gicquel : Álvaro Martínez León. Nous pénétrons cette fois dans la musique contemporaine avec un artiste féru des musiques du monde, ce qui l'a amené notamment à devenir guitariste flamenco, et qui se confronte aussi aux grandes questions de notre époque. Ainsi dans le spectacle  "Écoutez ce Fa (Communautés affectives)"  présenté salle Guy Ropartz à Rennes au début de l'été avec la complicité d'un groupe d'amateurs locaux et qui sert de support à cette interview. 

Le thème : Comment un auditoire se laisse-t-il emporter par un personnage médiatique, qu’il soit politique, religieux ou artistique ? Est-ce la voix, le langage corporel, l’émotion transmise par le personnage qui font émerger l’extase de la foule ? Quel rôle joue la mise en scène sonore (voix amplifiée, musique enregistrée) dans cette auto-hypnose collective ? Comment les individus interagissent-ils à l’intérieur de l’assemblée réunie devant ce leader ? Des questions qu'on ne doit pas, aujourd'hui, cesser de se poser...
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 10


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono












Partenaires