Inter-générations

07/04/2011

Sœur Marie-Aimée, 89 ans, reporter


Marie-Aimée est religieuse et coule des jours paisibles dans une maison de retraite. Mais pas question de se laisser abattre! Elle est la première à proposer des sujets pour "Planète seniors", une émission sur la télé locale.


Toujours volontaire pour partir...
Toujours volontaire pour partir...
"Planète seniors", c'est le titre d'une émission de TV Rennes. Le concept est né il y a une dizaine d'années dans deux maisons de retraite, Saint-Cyr et Le Gast. «On a réalisé notre premier magazine en 2001, raconte Yannick Marquet, animateur à la Maison Saint-Cyr. L'idée était de confier un sujet d'enquête à des retraités. On a mis trois mois à le monter, mais c'était une réussite. Depuis, d'autres maisons de retraite nous ont rejoints.»

Depuis que TV Rennes a mis un journaliste, Jérôme, aux côtés des apprentis reporters, les sujets défilent à bonne allure. Un comité de rédaction se retouve chaque mois pour visionner d'un œil critique les dernières sorties et préparer d'autres reportages en Ille-et-Vilaine. 

La religieuse de la Maison Saint-Cyr, Marie-Aimée Bonnet, apprécie de jouer au journaliste, un métier qu'elle découvre évidemment sur le tard. A "Planète seniors", elle est toujours volontaire pour prendre le micro et poser les bonnes questions sous l'œil de la caméra. En février, avec d'autres résidants de plusieurs maisons de retraite, elle s'est retrouvée dans une école primaire du Verger.
 

Les reportages? Une école, un artisan, un artiste...

C'est une école d'un type nouveau, où les élèves sont dotés d'un ordinateur. Fini le tableau noir ! Xavier, le maître, fait cours sur un écran interactif relié à un vidéo projecteur et un ordinateur. La bonne formule pour faire cours de façon ludique et capter l'attention des élèves. Les enfants n'étaient pas peu fiers de montrer aux anciens comment ils se servent d'un clavier et d'une souris. 

Les six maisons de retraite vont fêter cette année leurs dix ans de mise en réseau au sein de "Planète seniors". Grâce à cette fenêtre ouverte sur le monde, les anciens ont le sentiment de ne pas être tenus à l'écart. Un jour, ils visitent une école, un autre ils sont reçus chez un artisan ou dans un café de pays. A côté d'un reportage sur la marquetterie, il y a de la place pour une rencontre avec un écrivain ou un artiste. 

Sœur Marie-Aimée et le champion de billard

La curiosité toujours en éveil, Marie-Aimée Bonnet aurait de quoi remplir un album depuis ses premiers reportages. «J'aime varier les sujets, avec des choses anciennes et nouvelles. J'ai enquêté sur les petits trains, les lits clos d'autrefois, l'ancienne usine à gaz, mais aussi sur un poulailler de Vern-sur-Seiche. Parmi les rencontres qui m'ont marquée, je citerai un ancien de la guerre d'Espagne.» Au programme de printemps, il y a un entretien avec un ancien champion de France de billard et une visite au club de palets de La Guerche.  

Originaire de Dieppe, Marie-Aimée Bonnet est entrée dans les ordres en 1944. Durant une carrière de travailleuse familiale et d'infirmière, elle a été appelée à servir dans plusieurs villes de France. Après Brest, elle s'est définitivement ancrée à Rennes auprès d'autres retraitées religieuses. 

Reportage-rencontre entre scolaires et anciens
Reportage-rencontre entre scolaires et anciens

Sur Internet

Pour elle, la principale difficulté dans une maison de retraite est de voir les autres s'affaiblir. «Telle dame qui était très gaie parle de moins en moins et s'isole. On n'entend plus rire tel monsieur. La vérité, c'est que les gens rentrent de plus en plus tard en maison.» 

Depuis son arrivée il y a dix ans, la religieuse n'a rien perdu de sa vitalité ni de sa curiosité intellectuelle. Elle a repris le piano et a appris la peinture. Pour la première fois de sa vie, elle a exposé des tableaux dans le cloître de l'établissement. 

Marie-Aimée Bonnet a aussi fait ses classes sur internet, avec l'aide de Marc, un bénévole de la Maison Saint-Cyr. Ils sont ainsi plus d'une quarantaine à donner de leur temps pour que la vie des résidants soit plus agréable. Ancien de France Telecom, Marc consacre deux jours par semaine à initier les anciens aux nouvelles technologies.

Tout comme Christiane, ancienne agent d'accueil dans un lycée, qui partage ses heures entre le chant choral et la lecture du journal. Certains bénévoles interviennent depuis si longtemps qu'ils font partie des murs, aux côtés du personnel. «J'ai commencé il y a 13 ans»,  raconte Yolande, qui s'est portée volontaire quand ses enfants ont quitté la maison. 
 

Des liens très forts avec les bénévoles

Avec sa copine Marie-Jo, elle participe à l'aide aux repas et lit des nouvelles à la bibliothèque. Les deux femmes ont d'autres tâches, comme d'accompagner les personnes à l'hôpital ou chez le médecin. Elles n'attendent aucun retour sinon la satisfaction de donner un sens à leur vie. «Des liens très forts s'établissent avec les personnes âgées. Certaines vivent dans la plus complète solitude. On devient leurs confidentes. Notre travail, ce n'est pas une contrainte. Elles m'apportent énormément. Quand je suis plusieurs jours sans les voir, elles me manquent»,  témoigne Marie-Jo.  

Les bénévoles d'une maison de retraite, tels Marc, Marie-Jo, Yolande, Christiane, voilà un beau sujet de reportage pour Soeur Marie-Aimée et un prochain "Planète seniors".

Alain THOMAS.


Tags : Bretagne


Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires