Vu, Lu, Entendu...

06/01/2020

Eccofor, une école de la réussite dans le Jura



ecofor.mp3 Ecofor.mp3  (1.21 Mo)

Le journal d’ATD Quart-monde consacre son dossier du mois à l’école Eccofor, École de production, installée à Dole dans le Jura. Eccofor comme écouter, comprendre, former.

Chaque année, entre 110 000 et 170 000 jeunes sortent de l’école prématurément, sans qualification ni diplôme. Pour lutter contre ce phénomène, Eccofor accueille dix-huit jeunes en situation de grande précarité ou d’exclusion, pour les former à un métier. Dans le bassin de Dole, ce sont 295 jeunes qui ont été repérés comme décrocheurs en 2013 par la responsable des plates-formes de suivi des décrocheurs scolaires. Créée en 2012, Eccofor propose de mettre en adéquation formation professionnelle avec les besoins des filières économiques porteuses du territoire. Ses fondateurs partagent une vision commune et bienveillante en faveur du bien-être de tous dans notre société : « Avec les évolutions réglementaires et les enjeux d'une écologie maîtrisée et créatrice d'activité, la professionnalisation des filières de récupération, de tradition orale, est une obligation autant qu'un formidable outil de développement social et économique. De même, la promotion des métiers manuels doit être renforcée car ces secteurs souffrent chroniquement d'un déficit de main d’œuvre formée. »
 
Zéro jeune en échec !
Le conseil d’administration, présidé par Claude Chevassu, rassemble des professionnels d’univers différents, chefs d'entreprise, enseignants, responsables du secteur bancaire, réalisateur, tous convaincus de ce projet en faveur des jeunes. L’association, reconnue depuis 2012 par le ministère du Travail comme partie intégrante du réseau de l'économie solidaire, est déclarée en tant qu'organisme de formation et peut à ce titre utiliser son plateau technique et ses professionnels pour délivrer des formations continues à destination des salariés en exercice et demandeurs d'emploi, en complément de son activité d'établissement technique privé "Juralternance" : « C’est une école de production où des professionnels vont initier les jeunes à un métier, leur métier. Une démarche éprouvée, appréciée des entreprises, une pédagogie du sens et de la réussite, un lieu d’intégration progressive dans la vie active, un chemin d’excellence pour tous. »

(À lire dans le Journal d’ATD Quart-Monde n° 499, janvier 2020, dossier réalisé par Julie Clair-Robelet, photos : Carmen Martos).
 
Site ICI
 
Reportage sur France 3 Franche-Comté ICI
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 11


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires