Vu, Lu, Entendu...

27/05/2019

Djamila Ribeiro, militante féministe noire au Brésil


Dans ses « Chroniques sur le féminisme noir » (1), Djamila Ribeiro raconte les difficultés rencontrées par les femmes noires au Brésil.


Djamila Ribeiro, militante féministe noire au Brésil
m_ribeiro.mp3 M.Ribeiro.mp3  (2.56 Mo)

Beaucoup de femmes noires au Brésil, cumulent plusieurs handicaps, femmes, noires et pauvres. Les chroniques de Djamila Ribeiro  publiées dans le magazine Carta Capital racontent la vie quotidienne. Elle réagit à chaud sur l'actualité de son pays. Mais, pour une part, ses paroles se transposent facilement dans la vie en France . En tous cas elles font connaître une réalité méconnue du Brésil, un pays où le racisme n'a pas disparu. Elle critique, par exemple, l'humour « qui essaie de cacher le racisme derrière le rire ». Dans une de ses chroniques, elle démontre pourquoi « le racisme à l'envers n'existe pas » : elle raconte comment, dans une discussion sur le racisme, « on a toujours quelqu'un qui lui aussi, a déjà été victime de racisme, parce qu'il est blanc ».

Maître en philosophie politique, Djamila Ribeiro explique les origines du racisme envers les noirs et remonte à l'esclavage. Le Brésil est l'un des derniers pays à l'avoir aboli en 1888, quarante ans après la France. Aujourd'hui, noirs et métisses constituent plus de la moitié de la population brésilienne.

 

  1. Les « Chroniques sur le féminisme noir », traduites du brésilien par Paula Anacaona, sont disponibles  aux éditions Anacaona
    et au Collectif Brésil à Rennes
     


Djamila Ribeiro était à Rennes, le 15 mai dernier à l'invitation du Collectif Brésil. Elle est intervenue au Lycée Chateaubriand, à l'association « Reconstruire». En soirée elle a présenté les sujets de son livre devant environ soixante dix personnes au Bar Le Mélies.
Djamila Ribeiro était à Rennes, le 15 mai dernier à l'invitation du Collectif Brésil. Elle est intervenue au Lycée Chateaubriand, à l'association « Reconstruire». En soirée elle a présenté les sujets de son livre devant environ soixante dix personnes au Bar Le Mélies.



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 12


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Chaud

34 ° ressenti ce midi. Chaud jeudi. Quel record va-t-on battre encore cet été ? En tout cas, on ressent combien la question climatique impacte aujourd'hui le climat politique. Dans trois jours, bien des villes, et non des moindres, vont sans doute être gérées par des unions écolos-socialistes ? Cauchemar chez les Marcheurs du Président. Pris de fièvre, beaucoup ont laissé tomber masques et gestes barrières pour filer à droite embrasser les anti-écolos. Mais comment le Président va-t-il faire avec des troupes pareilles pour lancer en juillet l'Acte II-bis du quinquennat ? Il a sur sa table les 149 propositions de la Convention citoyenne pour le climat qu'il a lancée pour "plus de démocratie participative et d'écologie" après le Grand débat national et la crise des Gilets Jaunes : que va-t-il pouvoir faire de ces propositions écologistes si dans le même temps des élus municipaux Marcheurs ferraillent contre les mesures voisines des municipalités écolos-socialistes ? Depuis trois ans, on avait bien constaté des signes de dérèglement mais là, ça devient très chaud sur la planète "En même temps".  

Michel Rouger

25/06/2020

Nono












Partenaires