Vu, Lu, Entendu...

18/12/2019

A Guise, ils ont vécu une utopie


Une visite à ne pas manquer : le Familistère Godin à Guise, dans l'Aisne. Pendant plus de cent ans, les travailleurs de l'usine ont bénéficié des services du Familistère.


Le Palais social, premier bâtiment du familistère, est aujourd'hui un musée.
Le Palais social, premier bâtiment du familistère, est aujourd'hui un musée.
guise.mp3 Guise.mp3  (1.5 Mo)


Plus de 1500 personnes ont vécu au Familistère de Guise (Aisne) au plus fort de son activité entre 1858 et 1968 et plusieurs générations s'y sont succédées. Environ 150 appartements sont aménagés dans un immeuble de quatre niveaux. Les habitants bénéficient d'un espace plus ou moins important selon la taille de leur famille. Chaque logement dispose de lumière avec des fenêtres sur deux façades et du chauffage. La cour intérieure couverte d'une verrière est à la fois place du village et lieu des fêtes. Parmi les équipements communs : une buanderie, une piscine. L'eau chaude sur le pallier est fournie par l'usine voisine. Un magasin coopératif, une école, une crèche, un théâtre complètent les  « équivalents de la richesse » selon les termes de Jean-Baptiste Godin, fondateur du Familistère.

La cour intérieure  servait de lieu de fête
La cour intérieure servait de lieu de fête

Un précurseur de l'économie sociale

Pour lui, les familistériens peuvent  désormais s'offrir ces conditions de confort et de salubrité,  grâce à la coopération. Les salariés de l'entreprise détiennent des parts sociales de la coopérative : ils sont collectivement propriétaires de leur usine. Ils reçoivent un salaire, une participation aux bénéfices, et un supplément selon leur mérite. JB Godin met ainsi en œuvre "l'association du capital du travail et du talent". Au milieu du XIXème siècles les ouvriers étaient très pauvres et mal payés. Les habitants du familistère étaient, eux, relativement privilégiés, grâce à leur travail bien rémunéré, dans l'usine de poêles créée par  JB Godin. Ce fut l'une des utopies réalisées du siècle. Les travailleurs, ouvriers, employés, cadres de l'usine de poêles, peuvent y habiter, mais sans aucune obligation. Nombre d'entre eux vivent en ville.

Jean-Baptiste Godin s'appuie sur les thèses du socialisme utopique. Le socialisme basé sur la coopération, s'oppose aux communisme. Il ne propose pas de révolution, mais incite à développer ce type d'initiatives pour transformer la société. Ce courant de pensée se prolonge aujourd'hui dans tous les secteurs de l'économie sous différentes formes coopératives et d'économie sociale et solidaire : coopératives de consommateurs, habitat coopératif, sociétés coopératives de production (scop), coopératives d'utilisation de matériels  agricoles (cuma)...

Le familistère de Guise fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques.

Pour en savoir plus 

Le  site du Familistère de Guise et wikipedia 
 
Ci-dessous, la video "Le familistère de Guise, une utopie réalisée" : un épisode de la série "Urbanisme Habitat Société" réalisé par Sophie Bensadoun et produit par CNRS Images (2013, 7 min)  

 




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 11


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires