Lu, vu, entendu... Migrants

Une flotte d'artistes surprenante


29/10/2013



 Une flotte d'artistes surprenante
Initié par l'artiste américaine Swoon, le projet de cette cité flottante,  intitulé la Swimming Cities of Serenissima, est étonnante, artistiquement et humainement. Ces maisons, de bric et de broc, construites à partir de matériaux récupérés, de meubles anciens, et de déchets divers et variés. Elles ont d'abord sillonné les fleuves des Etats-Unis, en 2008 (date de la naissance du projet), avant de parcourir les mers d'Europe. L'artiste fondatrice a réuni autour d'elle un équipage de vingt-huit artistes de différents horizons. À chaque escale, ils proposent un spectacle musical et/ou théâtral; et invitent les locaux à venir les rencontrer pour échanger autour de cette expérience. A cela, s'ajoute parfois, des gestes politiques forts, puisque la fine équipe rejoint prochainement les rives de Lampedusa.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 11 Novembre 2015 - 17:23 Jungle de Calais : soutien à Rob Lawrie

Dimanche 8 Novembre 2015 - 11:59 Migrants : le Journal des Jungles N° 5 est paru

Vendredi 25 Septembre 2015 - 11:21 Réfugiés : le coup de colère du Secours Catholique



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono