Lu, vu, entendu... Migrants

Les amoureux au ban public


07/02/2012




Lancé par la CIMADE, le mouvement des « Amoureux au ban public » interpelle les pouvoirs publics et les citoyens sur les problèmes que rencontrent les couples franco-étrangers pour accéder à une vie familiale normale. Au nom de la lutte contre les mariages blancs et celle de la maîtrise de l'immigration familiale, le durcissement des politiques s'accentue d'année en année.

Nicolas Ferran, un des initiateurs du mouvement, a réalisé un documentaire qui raconte quel est le parcours du combattant pour se marier en France, faire reconnaître un mariage célébré à l'étranger, obtenir un visa pour la France ou bénéficier d'un titre de séjour. 

Avec beaucoup d'émotion, les treize couples interrogés racontent leur peur de l'arrestation à domicile, le risque d'expulsion, le dévoilement de leur intimité, les interrogatoires. C'est leur lot quotidien mais, pour nous spectateurs, la révélation d'une mise au ban des couples franco-étrangers de notre pays.

Le film a été auto-produit et il n'a pas de distributeur. Vous pouvez  organiser une projection publique dans votre ville ou le commander en prenant contact auprès de Nicolas Ferran.







Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 11 Novembre 2015 - 17:23 Jungle de Calais : soutien à Rob Lawrie

Dimanche 8 Novembre 2015 - 11:59 Migrants : le Journal des Jungles N° 5 est paru

Vendredi 25 Septembre 2015 - 11:21 Réfugiés : le coup de colère du Secours Catholique







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"