Lu, vu, entendu... Migrants

À l'écran : l'histoire de Yuna, immigrée bretonne à Paris


05/03/2014

Si vous êtes sensible à l'histoire sociale, et particulièrement celle de la Bretagne, ne manquez pas le 13 Mars la diffusion du film "Le voyage de Yuna", de Mathilde Jounot, sur le réseau des TV locales Bretonnes : TV Rennes, Tébéo et TBsud.




Mercredi 26 février, 300 personnes se pressaient aux portes du théâtre Chateaubriand à Saint-Malo pour assister à une présentation en avant-première du documentaire « Le voyage de Yuna », en présence de Mathilde Jounot, la réalisatrice scénariste, et Franck Ollivry, compositeur de la musique originale.


Yuna est une tante de Mathilde. En 1925, toute jeune, elle décide de quitter sa Bretagne pour travailler à Paris. Dans la ville lumière la main d'œuvre provinciale et aussi étrangère (Polonais, Italiens, Espagnols Russes…) fait tourner les ateliers Tous rêvent d'une vie meilleure dans un pays où l'on est maitre de son destin. Mais à l'arrivée, montre ce film, la réalité est plus difficile que prévue.

Yuna s'installe à Saint-Denis ou l'Amicale des Bretons, sous l'impulsion des frères Jean et Jules Tremel, tire vers le socialisme et le syndicalisme la communauté bretonne structurée avant guerre par les œuvres de la paroisse bretonne de Paris et le "socialisme chrétien" de l'Abbé Cadic.

Comme tous les immigrés Yuna veut garder les liens avec sa terre d'origine mais le fossé s'approfondit avec ceux qui sont restés au pays. Elle souffre de l'incompréhension de sa mère. Elle s'est mariée d'amour avec un travailleur polonais et voit reconnue ses talents de couturière par Irina, immigrée russe dont l'atelier de modiste attire dans ces années d'entre deux guerres une clientèle joyeuse et cosmopolite. Yuna s'ouvre à la ville et au monde. Jusqu'à ce que les conventions d'expulsion des étrangers en1932, en pleine crise, marquent une césure entre les immigrés de l'intérieur et de l'extérieur... 

Dédicaces du DVD édité par "portfolio production"
Dédicaces du DVD édité par "portfolio production"
En 52 minutes, Mathilde Jounot dresse un portrait romancé, un peu lyrique, utilement documenté par les interviews de Françoise le Goaziou (vice-présidente de la Mission bretonne de Paris) , Gérard Réquigny (président de l'Amicale des Bretons de Saint-Denis) et surtout Jean Rohou, universitaire Rennais, célèbre "fils de ploucs"). 

Mathilde Jounot n'a pas fait un documentaire didactique ou historique. Le scénario part d'une tentative de roman. « J'avais écrit une histoire de 300 pages à partir de lettres et des souvenirs de ma tante », explique-t-elle. Cette histoire ordinaire d'une immigrée bretonne, elle voulait la faire connaître pour son caractère universelle. C'est aussi un bon antidote au "syndrome de Bécassine".


La réalisation de Mathilde Jounot est servie par des images soignées, évocatives plus que descriptives, œuvres de Sergio Pulido et Javier Zepeda et plus encore par la musique de Franck Ollivry qui donne son rythme et son atmosphère au film.
La réalisation respire le travail d'une équipe en cohésion, passionnée par son sujet.

Alain Jaunault
Mathilde Jounot et Franck Ollivry
Mathilde Jounot et Franck Ollivry





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 11 Novembre 2015 - 17:23 Jungle de Calais : soutien à Rob Lawrie

Dimanche 8 Novembre 2015 - 11:59 Migrants : le Journal des Jungles N° 5 est paru

Vendredi 25 Septembre 2015 - 11:21 Réfugiés : le coup de colère du Secours Catholique



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono