Vu, lu, entendu... Maghreb

Algérie : trois webdocumentaires


13/07/2012




Il y a d'abord eu, présenté ici, le webdocumentaire de Céline Dréan Dans les murs de la Casbah  qui nous fait pénétrer dans la mythique casbah d'Alger où jeunes et vieux, hommes, femmes, adolescents, parlent d'hier et d'aujourd'hui. 

"Un été à Alger"
"Un été à Alger"
Puis est sorti « Un été à Alger »  qui propose aussi, à l'occasion des 50 ans de l'indépendance algérienne, un portrait intimiste de l'Alger d'aujourd'hui à travers les regards de quatre jeunes cinéastes algériens. 

Dans 50 contre 1, Lamine Ammar-Khodja, observe depuis ses 29 ans ces cinquante dernières années. Dans En remontant Cervantes, Hassen Ferhani déambule depuis le Jardin d'Essai où de jeunes couples se rêvent un avenir jusqu'à la grotte Cervantès qui a donné son nom à un quartier populaire étonnant de vie.

Dans Prends ta place !, Amina Zoubir impose sa féminité et sa caméra dans des lieux habituellement réservés aux hommes. Enfin, dans La nuit, Yanis Koussim traverse au fil des heures les sentiments qui agitent la nuit algéroise. 

Et puis, il y a Le Mur d'Aurélie Charon et Caroline Gillet, les deux journalistes qui ont imaginé tout cela après avoir découvert Alger à l'été 2011 pour une série sur France Inter. « L'Alger que nous avions trouvée ne ressemblait à rien de ce qu’on nous avait décrit : ce n’est ni Alger la blanche, ni Alger la rouge des années noires, elle a un nouveau visage et manque d’images. Il faut qu’elles soient faites par ceux qui la vivent », disent-elles. Sur Le Mur, elles conversent avec celles et ceux qu'elles ont rencontrés pour nous faire partager leur Alger.

Co-produit par Narrative et Une Chambre à Soi Productions avec le soutien du CNC, le webdocumentaire, en évolution tout au long du mois de juillet, est diffusé sur les sites de TV5MONDE et Algérie-Focus, en partenariat avec Libération et l’Institut des Cultures d’Islam. Un documentaire de 52’ sera aussi diffusé sur TV5MONDE à l’automne 2012. 

Un autre webdocumentaire sort aussi à l'occasion des 50 ans de l'indépendance algérienne. Réalisé par Le Monde.fr   en coproduction avec l'INA et le quotidien El Watam, Indépendances algériennes raconte la fin de l'Algérie française et la naissance du nouvel Etat algérien au travers des portraits de neufs témoins de l'époque.
"Indépendances algériennes"
"Indépendances algériennes"





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Septembre 2013 - 18:22 Palestine : l'espoir d'Oslo vingt ans après







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Parole

Manuel Valls s'était engagé à soutenir le vainqueur de la primaire : c'est non, il va voter Macron. François Fillon avait déclaré qu'il ne serait plus candidat s'il était mis en examen ; ben non, je reste. Telle est la parole aujourd'hui de deux anciens premiers ministres rêvant de devenir chefs d'État. Le déshonneur assumé, revendiqué même au nom de l'intérêt supérieur de la Nation quand il ne s'agit que d'intérêt personnel : rebondir en tuant enfin le PS pour l'un, se mettre à l'abri de la justice pour l'autre. De quoi favoriser un peu plus les paroles extrêmes, les mensonges de Marine Le Pen, les bons mots de Jean-Luc Mélenchon. D'inciter les électeurs à rester silencieux le 23 avril. De laisser pour de bon la démocratie sans voix.

Michel Rouger

30/03/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"