Vu, lu, entendu… Moyen-Orient

"Homs au coeur de la révolte syrienne", (webdocumentaire)


05/07/2012




"Homs au coeur de la révolte syrienne", (webdocumentaire)
Caroline Poiron est photographe et travaille pour Le Monde, Paris Mtach, VSD et bien d'autres. Elle suit l'actualité de près : elle a ainsi réalisé un travail sur la lutte du peuple kalmouk contre la disparition de leur identité, la violence envers les femmes en Turquie, la fragilité du Liban partagée entre différentes communautés.

Aujourd'hui, elle nous emmène à HOMS où elle a pénétré en décembre 2011 et où, le 11 janvier 2012, elle a perdu son mari Gilles Jacquier, grand reporter d'Envoyé spécial

C'est comme un carnet de route où on suit le parcours de Caroline Poiron dans le quartier de Baba Amr aux mains des rebelles, dans les zones contrôlées par le régime de Bachar al-Assad mais aussi là où tentent de survivre la population. La parole est donnée au lieutenant Tlass, premier déserteur de l'armée de Bachar. Il coordonne aujourd'hui les 600 déserteurs. On y voit les hôpitaux de fortune, les combats, les manifestations, les arrestations et les snipers qui rythment la vie des habitants de Homs de jour comme de nuit. 

Le webdocumentaire est visible sur le site de Geopolis







Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Septembre 2013 - 18:22 Palestine : l'espoir d'Oslo vingt ans après







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Régime

Tous au régime, répètent les journaux. Pas pour nous aider à amincir des corps trop débordants l'été venu. Là, c'est trop tard. Non, le régime, c'est la métaphore préférée des médias pour rendre légers les choix brutaux des gouvernants. Au "régime", ou à la « "diète", les collectivités locales, l'État, la Sécu. Ou bien, pour changer : L'État "réduit son train de vie", "se serre la ceinture". Etc. Trop gras, trop gros, que fondent tous ces milliards en trop ! Bien sûr, les médias pourraient titrer sur les victimes de ces régimes à répétition, les mal soignés, les mal logés. Sur les firmes privées qui font du gras sur des services jusqu'ici gratuits. Ou encore sur les immenses besoins non satisfaits. Eloignés du réel, ils soutiennent au contraire par de doux euphémismes les idéologues de l'impôt allégé et de la diète publique.

Michel Rouger

20/07/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"