Citoyenneté / Libertés

La commune où l'on aime vivre ensemble

Le webdocumentaire d'Histoires Ordinaires a été lancé le 8 septembre avec les habitants de Saint-Péran


11/09/2017

Il y a souvent du monde dans les rues de Saint-Péran, 400 habitants, au cœur de la Bretagne. Les uns vont à un concert ; d'autres, élus en tête, partent discuter d'un projet ; d'autres encore vont préparer l'une des multiples manifestations telle la journée des bénévoles du mois de septembre. C'est fou ce qu'on aime vivre ensemble à Saint-Péran ! C'est justement ce que démontre le webdocumentaire d'Histoires Ordinaires "Les 11&Saint-Péran" réalisé par Alain Jaunault. Il ne faudrait pas que l'intercommunalité vienne briser cela : message émis vendredi 8 septembre lors de la soirée de lancement.




Cliquez sur l'image pour accéder au webdocumentaire
Cliquez sur l'image pour accéder au webdocumentaire
2017_09_15_le_webdocumentaire_d__ho_a_ete_lance.mp3 2017 09 15 Le webdocumentaire d'HO a été lancé.mp3  (8.93 Mo)


Le réalisateur, Alain Jaunault, présentant le webdocumentaire aux Saint-Péranais
Le réalisateur, Alain Jaunault, présentant le webdocumentaire aux Saint-Péranais
Peu avant 20 h 30, il flottait un certain suspense dans la salle La Gonelle. Sur les sièges, quasiment tous occupés, une légère inquiétude se mêlait au plaisir de la découverte : qu'allait dire de moi, de nous, de Saint-Péran Alain Jaunault après avoir promené sa caméra et ses questions plus de deux ans durant avec son équipe dans tous les recoins de la vie commune ? 

Dès la mise en ligne du webdocumentaire,  les craintes ont été dissipées. Les 11&Saint-Péran offre aux 400 habitants une image en forme de miroir extrêmement valorisante. Le webdoc, en vingt films et onze portraits, dépeint une localité rurale qui, à défaut de moyens financiers, mobilise l'énergie collective des citoyens. On pourra y voir un symbole ou un modèle de démocratie locale.

La vie des conseillers municipaux à travers 11 portraits

On chemine facilement dans ce webdocumentaire, ce qui n'est pas fréquent.  On peut découvrir les reportages montrant la vie saint-péranaise au fil des quatre saisons, par la chaîne Youtube,  ou bien entrer par les chapitres au nombre de trois.

L'un rassemble les portraits des onze élus de l'équipe municipale emmenée par le maire Maurice Renault. A l'origine, c'est à eux que le webdoc devait être consacré mais  « nous nous sommes vite aperçu, dit Alain Jaunault, que le nombre d'acteurs allait bien au-delà de 11 ! »  Il n'empêche que les portraits de ces onze-là intéresseront, tant ils décrivent en détail le parcours et les motivations d'élus représentatifs de ces milliers de citoyens conseillers municipaux engagés dans leur commune et méconnus.

Les deux autres chapitres explorent deux thèmes :  « Développer et gérer les biens communs » pour l'un,  « Faire cultureS et la fête ensemble » pour l'autre. Et là, on est vraiment impressionné.

Scène de tournage lors de la Journée des bénévoles (à la caméra, Marvin Michielini)
Scène de tournage lors de la Journée des bénévoles (à la caméra, Marvin Michielini)

Unis pour les biens de tous

​Pour les biens communs, nous voilà entraînés au milieu de la population rassemblée pour l'inauguration de la salle multifonctions de La Gonelle, en décembre 2014 :  « On n'a plus d'école, alors il faut des lieux où l'on se rencontre. » Puis plongés au cœur des débats du premier budget du mandat : faut-il ou non investir, augmenter les impôts ? Il y a des pour, des contre et un accord pour finir : bel exemple d'exercice démocratique.

Ce n'est pas le seul. Suivent la discussion et la réalisation de l'aménagement du centre bourg ; le beau moment collectif de la journée des bénévoles qui mobilise en septembre quelque 80 habitants de tous âges pour des travaux sur la commune ; des parents qui s'engagent pour l'école même si les enfants sont dispersés dans les communes voisines ; on découvre aussi une journée d'élections qui montre que Saint-Péran parvient à dépasser ses clivages politiques ; ou encore une journée intercommunale au sein du CCAS...

Concerts punk, musique bretonne, foire aux Livres, loto... beaucoup de bruit dans le bourg

Côté culture (avec un S) et fêtes, une dizaine de films racontent la richesse et la diversité des manifestations de la commune qui, bien que modeste avec ses 400 habitants, rayonne sur tout le pays de Brocéliande et au-delà. Voici l'association Du Bruit dans le Bourg qui depuis 2006 a transformé l'ancienne "maison des sœurs" en foyer musical, organise des résidences d'artistes ainsi que des concerts les plus divers, parfois avec le Bar de la Fontaine de Brocéliande, scène rock punk connue de loin avec ses quelque 45 concerts annuels.

On peut s'immerger aussi dans la Foire aux livres, passer une soirée à l'école de musique, s'arrêter au Bar de la Randonnée, haut lieu du jeu de fléchettes, découvrir l'espace jeune où les enfants apprennent à s'impliquer dans la vie de la commune... Et voir combien le comité des fêtes peut mobiliser des bénévoles pour "la fête au village" en août avec son loto et son banquet gigantesques. On peut voir aussi une commémoration sur la guerre d'Algérie pour le devoir de mémoire.  

Tout cela séduit tellement qu'une crainte apparaît :  ce modèle du "vivre ensemble" n'est-il pas menacé  ? Justement si. Par l'intercommunalité. La première adjointe, Isabelle Goven, s'y investissait, elle ne le peut plus à la suite d'une décision du Conseil constitutionnel réservant la place au maire (bien malgré celui de Saint-Péran...). A la fin de la soirée de lancement, Alain Jaunault a fait témoigner sur le sujet le maire, Maurice Renault, Isabelle Goven et Patrice Lesec, le second adjoint. Celui-ci est intervenu en premier. Ses mots résument l'avis de tous :

 « Nous sommes un peu comme un village gaulois. Plein de contraintes budgétaires incitent les commune à se dessaisir. Mais s'il faut énormément travailler pour faire avancer des projets avec les autres communes, se regrouper c'est perdre son âme, décourager l'initiative des gens. Que deviendraient la journée des bénévoles ou les actions du comité des fêtes avec un regroupement ? Il n'y a pas que les finances dans la vie communale, il y a des gens qui vivent ensemble. Si le webdocumentaire pouvait sensibiliser des personnes en haut lieu...»  

Texte : Michel Rouger   Photos : Tugdual Ruellan

De g. à d : Maurice Renault, maire ; Isabelle Goven, 1ère adjointe ; Patrick Lesec, 2e adjoint ; Alain Jaunault
De g. à d : Maurice Renault, maire ; Isabelle Goven, 1ère adjointe ; Patrick Lesec, 2e adjoint ; Alain Jaunault

Intervention de l'ancien maire, Loïc Richard
Intervention de l'ancien maire, Loïc Richard

Une salle conquise
Une salle conquise





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Septembre 2013 - 18:22 Palestine : l'espoir d'Oslo vingt ans après



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono