Vu, lu, entendu... Justice / Inégalités

A propos de Depardieu, le déserteur


11/12/2012



Le déménagement de Depardieu en Belgique a un côté anecdotique : son évasion fiscale ajoute à  la déchéance quelque peu tragique déjà bien entamée de la star française. Mais, venant après d'autres, il illustre aussi l'esprit de désertion qui semble progresser chez les plus fortunés alors que les finances publiques sont en crise à cause notamment des largesses fiscales qui leur ont été accordées dans les années passées. 

Résultat : la solidarité va de plus en plus peser sur les classes moyennes. Raison de plus pour se mobiliser contre toutes les formes de dumping fiscal. On peut citer à la pointe de ce combat, la campagne « Stop paradis fiscaux » qui regroupe depuis quelques années de nombreuses organisations, ONG (CCFD, Oxfam, CRID), mouvements (Attac), syndicats (CGT, CFDT, Solidaires...). Parmi les actions proposées : une démarche auprès de votre banquier. 







Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Septembre 2015 - 18:34 A voir sur France 5 : Femmes Invisibles

Vendredi 10 Juillet 2015 - 07:48 ​La culture, théâtre des inégalités?



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono