Vu, lu, entendu... Justice / Inégalités

Le premier régime de retraite a 340 ans !


19/07/2013

Au moment où les jeunes se demandent s'ils auront un jour une retraite, il n'est pas inutile de se rappeler que cette innovation sociale a mis du temps à s'imposer.
C'est ce que nous apprend l'Usine Nouvelle du 29 Juin en évocant l'histoire des premiers régimes de retraites dans la France d'ancien régime.




Le premier régime de retraite a 340 ans !
" Les marins de la Royale furent les premiers à en bénéficier. Jean-Baptiste Colbert, le secrétaire d’État à la Marine de Louis XIV, crée, en septembre 1673, le premier système de retraites par répartition au monde. Le principe s’étend lentement aux militaires gradés et au personnel des maisons royales. L’Opéra de Paris institue son système en 1698 et les Fermiers généraux lancent la première Caisse générale en 1768. La Banque de France suit en 1806, ainsi que la Comédie française. Dans le privé, les premières sociétés de secours mutuels apparues au début du XIXe siècle périclitent, faute de cotisations. La suite Ici.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Septembre 2015 - 18:34 A voir sur France 5 : Femmes Invisibles

Vendredi 10 Juillet 2015 - 07:48 ​La culture, théâtre des inégalités?



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono