Logement

Témoignage : de la colère à l'action


08/01/2014

Réjane, adhérente d'Histoires Ordinaires, a exprimé le 8 janvier sur Facebook sa colère contre le "17", le "18" et et le "115" qu'elle avait prévenus pour porter assistance à un monsieur de son quartier, sans domicile fixe. Elle s'est portée elle-même à son secours.




Notre vieux Monsieur que nous ne voyions plus depuis quelques temps qui fait la manche au super U, là dans un renfoncement de super U, avec une couverture qui n'en est pas une, ayant passé la nuit, exposé aux regards de tous, saignant à la lèvre et geignant.

Sean le voit et me dit maman le monsieur que l'on aime bien, là ! Que faire ? Courir, prévenir le super U. Du chaud,une boisson chaude ; quel
que chose...

Sean reste auprès du monsieur qui lui parle et Sean lui répond. Je n'entends pas. Je vais au café plus loin. Pas d'argent sur moi mais il me donne un gobelet de café gentiment en me disant que si je veux plus, je revienne. Je retrouve Sean avec l'homme. On lui donne le café. Il a du mal à avaler.

Appeler le 17. Madame a-t il bu ? Il est ivre ? Moi : je me fous qu'il ait bu. Vous feriez comment vous pour avoir chaud dans ce froid. Non madame appelez les pompiers. Le 18 : non madame appelez le 115. Rappelez plus tard.


Larmes et colère

Alors cela me monte, les larmes, la colère, la vraie. C'est une personne que l'on connait Sean et moi. C'est pas un meuble, bordel. C'est pas un feu rouge, c'est un homme (…)

Quelle solution ? je suis bien trop ignorante pour la trouver mais prête à écouter celui qui ne courra pas pour critiquer. A croire dans la justice et dans la politique pour s'élever. Mais là c'est le bordel et cela nous regarde tous même un petit garçon qui va à l'école et qui reste près d'un vieux monsieur. Aucunement héroïque.

Je rappelle le 115.  Ils passeront ce soir à 20 h. pour voir si il est toujours là,  car ils commencent à ces heures là.

Le monsieur me pose des questions. Je réponds complètement déboulonnée. Il est surpris que personne ne veuille intervenir et que l'on m'ait dit d'appeler le 115 vu les horaires.

Garder la tête sur les épaules

Chauffer de la soupe et la lui apporter. Pas le temps pour la sinistrose. Je m'aperçois qu'en faisant les choses on se calme pour donner tout son sens à l'acte, évitant ainsi les coups de pieds et poings serrés inutiles.

L'homme a bu sa soupe et je lui ai apporté une polaire. Le pharmacien a bien voulu venir voir sa lèvre. Tout cela est pour lui, pas pour moi et si peu de chose vraiment. Mais au moins c'est fait.






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Décembre 2013 - 17:28 Après avoir vécu à la rue, Pauline aide les SDF



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Naufrage

Depuis une dizaine de jours maintenant, l'équipage de La Macronie souque ferme. Appelé en Méditerrannée pour secourir les 629 migrants de l'Aquarius chassés par les forbans parvenus à la barre de l'Italie, il s'est égaré en route. L'un des principaux officiers, le Breton Jean-Yves Le Drian, a cru voir l'Espagne "plus proche" que la France pour accueillir les malheureux, se trompant de quelque 180 milles nautiques (340 km). Du coup, ce sont les Espagnols, montrant l'exemple avec un bel ensemble à toute l'Europe, qui ont assuré le sauvetage. Depuis, l'équipage français rame pour ramener quand même une partie des migrants en France. Les socialistes bretons, eux, sont affligés. Leur chef historique agrégé d'histoire a perdu sa géographie, son histoire son socialisme et son ciré jaune. Ils se préparent à aller déposer des ex-voto dans leurs chapelles : "A notre capitaine qui nous a quittés sans retour en embarquant sur La Macronie."

Michel Rouger

21/06/2018

Nono