Vu, lu, entendu... Asie-Pacifique

Une BD interactive pour comprendre l'Iran


17/10/2013



Une BD interactive pour comprendre l'Iran
« Vous êtes journaliste indépendant. À quelques semaines de l'élection présidentielle, vous avez été envoyé en Iran et disposez de cinq jours pour passer au crible les principaux aspects de la vie quotidienne à Téhéran et rendre votre reportage à votre rédaction. »

Telle est votre mission sur le webdocumentaire en bandes dessinées de Iranorama (juin 2013). Avec une extrême facilité d'accès, l'internaute navigue et se fie à son propre instinct comme s'il se trouvait vraiment à Téhéran. La qualité des dessins et la scénarisation en sont de précieux atouts.

Iranorama a été réalisé par le journaliste Yann Buxeda et le dessinateur de presse Ulysse Gry, en partenariat avec France24 et Webdoc.fr.  À travers ce webdocumentaire, Yann Buxeda cherche à mieux faire connaître un pays victimes de beaucoup d'idées fausses, sur les grandes questions politiques et économiques et aussi sur la société.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2016 - 18:30 « La loi de Bibendum » contre un village indien

Jeudi 15 Mai 2014 - 21:39 La toile de jute, l'or du Bengale



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono