Vu, lu, entendu... Asie-Pacifique

La toile de jute, l'or du Bengale


15/05/2014



La toile de jute, l'or du Bengale
A Vannes, sur les quais de la Rabine se tenait tout au long du mois d'Avril le festival des photos de mer. L'occasion notamment de découvrir l'histoire de Corentin Chatelperron (un jeune ingénieur Morbihanais) et son "gold of Bengal", un voilier fait à 100 % en "composite de jute" selon une technique inventée et testée par le jeune ingénieur navigateur. Il a substitué à la fibre de verre la fibre de jute, ressource naturelle du Bangladesh. 

" Cette alternative plus écologique présente un fort potentiel d’impact économique et social, via la revalorisation de cette industrie ancestrale dont 40 millions d’habitants dépendent encore." nous apprend le panneau introduisant l'exposition des photos consacrées à la construction de ce prototype par une équipe de 6 jeunes réunis pour expérimenter, inventer, partager dans la perspective d'un développement durable et solidaire.

Tout savoir sur le projet Gold of Bengal sur le site qui lui est consacré et en visionnant les vidéos qui racontent l'aventure.







Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2016 - 18:30 « La loi de Bibendum » contre un village indien



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono