Vu, lu, entendu... Asie-Pacifique

La société japonaise après Fukushima


31/01/2012




La société japonaise après Fukushima
Une photographe et un réalisateur indépendants, Annabelle Lourenço et Cyprien Nozières, ont sillonné la société japonaise durant trois semaines pour tenter de saisir l'impact profond laissé par la catastrophe de Fukushima dans les esprits. Il sort de cette enquête un webdocumentaire, « La Fissure », qui va bien au-delà en effet des conséquences directes, la situation des victimes, l'état des radiations et la prise de conscience des dangers du nucléaire.
 
C'est toute la société qui est ébranlée, qui bouge. Des citoyens découvrent l'action collective. Des mères, par exemple, sortent de la réserve que leur a imposée la tradition. Elles se battent pour la santé et du même coup entrent dans le débat politique. Certains appellent même cela « La révolution des mamans »...


Tags : Asie, Ecologie, Japon



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2016 - 18:30 « La loi de Bibendum » contre un village indien

Jeudi 15 Mai 2014 - 21:39 La toile de jute, l'or du Bengale







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Régime

Tous au régime, répètent les journaux. Pas pour nous aider à amincir des corps trop débordants l'été venu. Là, c'est trop tard. Non, le régime, c'est la métaphore préférée des médias pour rendre légers les choix brutaux des gouvernants. Au "régime", ou à la « "diète", les collectivités locales, l'État, la Sécu. Ou bien, pour changer : L'État "réduit son train de vie", "se serre la ceinture". Etc. Trop gras, trop gros, que fondent tous ces milliards en trop ! Bien sûr, les médias pourraient titrer sur les victimes de ces régimes à répétition, les mal soignés, les mal logés. Sur les firmes privées qui font du gras sur des services jusqu'ici gratuits. Ou encore sur les immenses besoins non satisfaits. Eloignés du réel, ils soutiennent au contraire par de doux euphémismes les idéologues de l'impôt allégé et de la diète publique.

Michel Rouger

20/07/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"