Vu, lu, entendu... Asie-Pacifique

Afghans dans l'enfer de la drogue


05/01/2012




Afghans dans l'enfer de la drogue
C'est le titre d'un reportage d'Olivier Tallès publié dans La Croix du 2 janvier. En Afghanistan, le nombre des consommateurs d'opium est passé, en cinq ans, de 150 000 à 230 000, quand celui des héroïnomanes a presque triplé, passant de 50 000 à 140 000.  Un million d'Afghans, entre 15 et 64 ans, sont dépendants d'une drogue, soit 8% de la population de cette tranche d'âge. « C'est l'un des taux les plus élevés du monde », relève l'Office des Nations Unies en charge de la drogue et du crime (ONUDC).

La culture quasi industrielle du pavot (qui donne l'opium, puis l'héroïne après transformation) dans les campagnes maintient les prix ridiculement bas, tout en assurant un revenu aux petits producteurs. Après la chute du régime taliban, le pays est redevenu le premier producteur mondial d'opiacés.

« Jamais l'Afghanistan n'a produit autant d'opium », observe un diplomate cité par le journal. « Par crainte de se mettre les populations à dos, la communauté internationale s'est concentrée sur la lutte contre le terrorisme en passant complètement à côté de la lutte contre la drogue. Cela doit pourtant devenir une priorité. Car l'héroïne fait plus de victimes en Europe que le terrorisme »

Au-delà des adolescents et des adultes qui deviennent dépendants, « le trafic engendre la corruption à tous les étages, gangrène le gouvernement et affaiblit l'Etat ». En 2010, selon un rapport du Sénat américain, plus de 1,6 millions d'Afghans ont bénéficié des revenus liés au trafic de drogue qui représente à lui seul 33% du Produit intérieur brut (PIB) du pays, soit 2,5 milliards d'euros. En 2009, d'après l'ONU, les talibans ont tiré 10 à 15% de leur revenus du trafic de l'opium.
 








1.Posté par paul le meut le 03/02/2012 14:49
8%, le chiffre est proche des buveurs excessifs en France (10% pour 4% de consommateurs de drogues illicites) avec son cortège de pathologies et de drames sociaux, avec une drogue légale, il est vrai, et donc non prise en compte par l'ONUDC.
Cette drogue légale, c'est 45000 morts directes ou indirectes en France par an, c'est à dire largement plus que le terrorisme et les drogues illégales.
C'est toujours bien de mettre en perspectives les données.
Le problème de l'illégalité, c'est cependant celui des trafics, des corruptions et du financement des talibans.
A noter trois autres article d’Olivier Thalles dans le Croix avec un regard plus positif sur l'Afghanistan.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2016 - 18:30 « La loi de Bibendum » contre un village indien

Jeudi 15 Mai 2014 - 21:39 La toile de jute, l'or du Bengale







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Parole

Manuel Valls s'était engagé à soutenir le vainqueur de la primaire : c'est non, il va voter Macron. François Fillon avait déclaré qu'il ne serait plus candidat s'il était mis en examen ; ben non, je reste. Telle est la parole aujourd'hui de deux anciens premiers ministres rêvant de devenir chefs d'État. Le déshonneur assumé, revendiqué même au nom de l'intérêt supérieur de la Nation quand il ne s'agit que d'intérêt personnel : rebondir en tuant enfin le PS pour l'un, se mettre à l'abri de la justice pour l'autre. De quoi favoriser un peu plus les paroles extrêmes, les mensonges de Marine Le Pen, les bons mots de Jean-Luc Mélenchon. D'inciter les électeurs à rester silencieux le 23 avril. De laisser pour de bon la démocratie sans voix.

Michel Rouger

30/03/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"