Citoyenneté / Libertés

Bernard veut réveiller la France d'en bas


21/11/2012

Qui est donc ce drôle de personnage, « modeste retraité » comme il se qualifie, qui tout seul lance sur Daily Motion en Janvier 2012 un « Appel à l’Union et à la Mobilisation ». En suivant son fil sur la toile on découvre qu’il est l’auteur d’un livre politique achevé en 2010 et qu’il a tenté de structurer à partir de son blog/site le mouvement « Action Citoyens Solidaires », avant de rejoindre le réseau Nouvelle Donne.




Bernard veut réveiller la France d'en bas
Installé en Bretagne depuis qu’il a pris sa retraite, Bernard a trouvé refuge récemment au cœur d’un coquet ensemble pavillonaire HLM, en bordure d’une petite commune rurale des Côtes d’Armor. « Un peu loin de tout hélas, mais c’est une chance d’avoir obtenu ce logement. Sinon avec ma petite retraite de 900 € - et beaucoup de dettes - je n’arriverais plus à me loger » nous dit-il en faisant le “tour du locataire“. C’est là, de sa chambre bureau, attablé devant son ordinateur plus de dix huit heures par jour, que Bernard, milite dans le monde virtuel et tente de constituer - dans le monde réel - des réseaux actifs. 
 
 
 

Bernard veut réveiller la France d'en bas

A la retraite, se décider à écrire

L’idée d’écrire un livre pour présenter ses idées politiques, il l’avait depuis plus de vingt ans « C’était lors d’une soirée entre potes, bien arrosée. On se reprochait mutuellement de ne rien faire pour que ça change ». Bernard avait des idées en tête mais un peu de mal à les exprimer et les défendre. « Pendant des années j’ai reculé, reculé et le déclencheur a été l’élection de Sarkozy. Je n’en pouvais plus de le voir ».
 
Le temps de la retraite arrivée, il se met au travail. Il écoute, il lit, se documente. Et en moins de quatre mois, il a fini d'écrire son livre "Quand la France d'en bas se réveille".  Deux cent pages, très denses, de réflexions et de propositions de réformes qu'il met en page lui même et édite sur son site Internet ACS. En annexe de l'ouvrage, Bernard va jusqu'à proposer un projet de réforme de la Constitution, "clé en main", en 20 titres et 128 articles.

A ceux qui lui reprocheraient d’avoir rassemblé des idées dans l‘air du temps, il n’objecte rien, au contraire : « Je n’ai pas la science infuse bien sûr. Ce ne sont pas mes idées. Je les ai entendues, j’ai bien ouvert les oreilles, les yeux. J’ai accumulé un monceau de notes. La difficulté c’est de rendre cohérentes des propositions qui peuvent parfois apparaître inconciliables ».  De son expérience personnelle, il tire la conviction qu’une bonne politique « doit convenir au petit patronat, à l’ouvrier et au SDF ». Ainsi Bernard Gonel a fait un colossal travail pour produire sa synthèse politique personnelle. Comme s'il avait besoin, après un parcours sinueux, de se donner une boussole pour fixer son cap d'engagement. Il découvre qu'il n'est pas seul. Très rapidement, plus de 4000 internautes s'inscrivent à sa page Facebook.
 
 
 

Bernard veut réveiller la France d'en bas

En 68, militaire à Mourmelon.

Qui aurait prédit que Bernard deviendrait à l’heure de la retraite un intellectuel-militant, un peu geek. Avec son seul certificat d’étude en poche, ce fils d’ouvrier ne voit rien d’intéressant à faire dans les campagnes de l’Aude, entièrement dédiées à la culture de la betterave. Alors, à 18 ans, il s’engage dans l’armée. « Je pensais y apprendre un métier, en fait j’ai perdu cinq ans ! » regrette-t-il.
 
68,  il le vivra consigné au fort de Mourmelon où les officiers semblaient se préparer au pire. On sent son regret de ne pas avoir pu participer alors au mouvement social. Comme il l’écrit sur son blog : « Pour moi, le symbole de l'esprit contestataire, c'est l'époque des seventies (et même dès 1968). Les gens avaient encore quelque chose dans les tripes et ne se défilaient pas lorsqu'il fallait se mobiliser. Ils avaient conscience que si l'individualisme interdit tout espoir de progrès social, en revanche la participation de chacun à l'action collective peut tout changer. »
 
 
 

Bernard veut réveiller la France d'en bas

L’entrepreneur connaît par trois fois la rue.

Libéré, il rentre à la RATP. Chef de station du RER pendant cinq ans. « Je faisais du contrôle, se rappelle-t-il, mais je ne suis pas fait pour cela, ça ma usé les nerfs ». Alors il quitte la fonction publique pour créer sa première entreprise de distribution de prospectus. « Ça marchait bien mais je ne savais pas qu’il fallait payer des charges sociales ». Sommé de régler ses cotisations par l’URSSAF il doit arrêter son activité. « Je n’étais pas salarié alors pas de chômage et le RMI n’existait pas encore. »

C’est la rue. « Clochard pour la première fois… » Car il y aura deux autres épisodes semblables entrecoupés de sales boulots, avec des patrons qui ne vous déclarent pas, voire ne vous payent pas. Durant cette période, Bernard tentera deux fois encore l’aventure de l’entreprise. La dernière aurait pu marcher s’il n’avait été victime d’un associé indélicat. « De toute façon j’étais pas doué pour la gestion d’entreprise », admet Bernard sans regret apparent et avec un brin de d’autodérision. « Même si c’était des années de galère, j’ai beaucoup appris de ces expériences ».
 
Un stage d’insertion, et surtout le soutien « d’un gars qui trouvait intéressant ce que je racontais », vont lui permettre de reprendre pied pour les dernières années de sa vie active. Il suit une formation informatique. Après un court contrat comme accompagnateur d’insertion – « je m’occupais de gens qui vivaient la même galère que moi mais je manquais de recul pour les aider » – il trouve un emploi de formateur bureautique pour une communauté de commune dans le Lot-et-Garonne. « J’ai été heureux pendant six ans mais le départ à la retraite, je l’ai vécu douloureusement ». Ecrire son livre et diffuser ses idées sur le net, lui ouvrent de nouvelles perspectives.
 
 
 

Bernard veut réveiller la France d'en bas

Créer un mouvement

À la dernière Présidentielle, il a appelé à voter Mélenchon. « Pas parce que je me reconnais totalement dans l’extrème-gauche, précise-t-il, mais quand un homme politique dit stricto sensu, les détails en moins, ce que je pense et que j’ai écris, je vois pas comment je ne le soutiendrais pas ».
 
Bernard découvre la proximité de ses propositions avec les idées de Pierre Rahbi dont il lit le livre, des Indignés avec lesquels il partage un combat à Morlaix, du réseau Nouvelle Donne et Roosevelt 2012 qu'il découvre sur le web. Il choisit de s’inscrire désormais dans leurs réseaux et renonce progressivement à structurer son propre mouvement. « Au début, après avoir mis mon livre en ligne, j’ai essayé. J’ai proposé aux 380 personnes qui se sont inscrites sur mon site d'organiser des réunions dans leur département et de désigner un délégué. Mais ça ne s’est fait que dans deux départements ». Pas mal quand même !
 
 
 

Passer de l'engagement virtuel au militantisme de terrain

Ça ne satisfait pas Bernard qui découvre la distance entre le militantisme virtuel via les réseaux sociaux et l’action politique de terrain. Le premier il le pratique à haute dose depuis quatre ans : « Je collabore à plus de 25 blogs. Je dois en permanence être en veille, commenter… C'est indispensable pour rester visible sur le web ». Il a parfois l’impression de perdre son temps. «Je fais tout ça pour me dire que j’ai tout essayé. Mais quand on n‘est que dans le virtuel on n’arrive à rien. ».

Bernard pense qu'il faut que tous ceux qui ne se retrouvent pas dans la gauche officielle travaillent ensemble et se rencontrent pour l'influencer : les Colibris, les indignés, les partisans de Roosevelt 2012, « en Côtes d'Armor on pourrait être une cinquantaine ». Mais il exprime une certaine lassitude en évoquant sa difficulté à organiser la rencontre. « A 66 ans, je suis un peu fatigué. et je n'ai jamais été très doué pour organiser les autres ». Et puis avec ses très petits revenus c’est difficile se déplacer à travers le département pour tenir des réunions. Pourquoi ne pas faire des conférences à distance avec Skype ? « C'est une bonne idée. J’ai la petite caméra, je vais essayer »
 
 
 

Il y a quelque chose du facteur Cheval chez Bernard Gonel. Il n’a pas bâti un “Palais Idéal“, mais écrit son “projet politique idéal“ pour « une société plus équitable, plus solidaire et plus humaine ». A l’instar du sculpteur poète qui, en édifiant seul son œuvre monumentale, voulait « montrer ce que peut créer la volonté », Bernard se consacre corps et âmes à l’écriture et à la promotion en ligne de son programme « pour ne pas seulement gueuler comme tout le monde, mais proposer des solutions ».

Alain JAUNAULT (photos de Christophe Lemoine)


Voir aussi l'article 2 du Tryptique : L'amateur de politique à l'ère numérique

Dans son ouvrage "le sacre de l'amateur", Patrice Flichy consacre un chapitre entier aux "amateurs et la citoyenneté". On trouve là des clés de lecture intéressantes pour comprendre dans quel mouvement s'inscrit l'engagement et le formidable travail des amateurs de politique s'exprimant sur la toile, comme Bernard Gonel. Ces "experts de l'en bas", comme les appelle aussi Patrice Flichy.
 
 
 

Les liens de Bernard Gonel

Le groupe facebook d'ACTION CITOYEN SOLIDAIRES
L
a page facebook de D'action citoyens solidaires    
Le site d'Action Citoyens Solidairessur overblog    

 
 
 
 
 

Pour lire le livre de Bernard Gonel

PRÉFACE
INTRODUCTION
Chapitre 1 : La réforme des institutions
Chapitre 2 : L'économie et la fiscalité
Chapitre 3 : L'environnement
Chapitre 4 : Le logement social
Chapitre 5 : Emploi et chômage
Chapitre 6 : Le social
Chapitre 7 : La santé
Chapitre 8 : La sécurité sanitaire et phytosanitaire
Chapitre 9 : La justice et la sécurité
Chapitre 10 : Un autre modèle de société
Chapitre 11 : La politique internationale de la France
Chapitre 12 : Agir ensemble, unis, solidaires et déterminés
CONCLUSION
 
 
 






1.Posté par rinaldi le 25/11/2012 20:22
Je connais personnellement Bernard. J'ai eu l'occasion de voir "naître" son projet et je souhaite le soutenir dans sa démarche. Un homme comme lui, connu de personne, a eu l'intelligence de se lancer dans une mission politique. Après de longues heures passées, plutôt des mois, de recherches, d'investigations, il a été jusqu'au bout de ses convictions. Un ouvrage plein d'ambition, de nouveauté, qui peuvent être mises en pratique, est né. J'encourage tous ceux qui ont envie de changements dans leur vie quotidienne de le lire. C'est tellement important!!!! J'espère que Bernard aura la possibilité de s'exprimer sur des radios ou des télés de grande écoute, car ce n'est pas tous les jours qu'un homme "d'en bas", réussi ce tour de force.

2.Posté par Bernard Gonel le 26/11/2012 17:46
Je remercie chaleureusement Claire Rinaldi pour ce commentaire qui me va droit au coeur. J'aimerais profiter de l'occasion pour exprimer à la fois ma fierté et ma frustration.

Fier surtout, de constater que certains candidats à la présidentielle, à qui ça n'avait jamais effleuré l'esprit auparavant, se sont mis subitement à avoir des idées très proches des miennes et parfois même carrément identiques. Je sais que ça peut sembler difficile à croire, c'est pourquoi je tiens à préciser que le manuscrit "Quand la France d'en bas se réveille" avait été déposé à la SGDL sous le N° 2010-09-008 en date du 1er septembre 2010, soit plus de 2 ans avant qu'ils fassent connaître leurs propositions.

Il est donc évident que ce n'est pas moi qui ait pu m'en inspirer, alors que le contraire est loin d'être évident. Sinon, depuis qu'ils sont en politique, comment expliquer qu'ils n'aient pas eu plus tôt ce genre d'idées. Si ça avait été le cas, ils se seraient empressés de les rendre publiques, alors que c'est seulement à partir de fin 2011 qu'ils commencent à avoir, les uns après les autres, des idées nouvelles… Étrange, non ? Je ne leur en veux absolument pas, bien au contraire, car de nombreux sympathisants de divers partis m'avaient demandé sur Facebook s'ils pouvaient proposer certaines de mes mesures au sein de leurs partis.

Fier aussi, parce qu'il n'est pas si courant qu'un petit bonhomme, n'ayant pour seul diplôme qu'un modeste certificat d'études, se donne tant de mal pour imaginer un nouveau modèle de société, puis ensuite faire connaître ses idées sur les réseaux sociaux, sachant que son bouquin ne serait jamais édité.

Frustré, parce que bien sûr leurs bouquins à eux ont été édités, alors que le mien ne l'a évidemment pas été puisque je suis inconnu du grand public. Frustré, parce que eux multiplient interviews radio et télé, alors que seulement une radio locale et maintenant 3 médias du web m'ont permis de m'exprimer. Mais sans doute ne faut-il surtout pas donner la parole à un petit citoyen inconnu… Sait-on jamais, des fois qu'il devienne un peu trop populaire…

Alors, je vous le demande, qui ne trouverait pas ça injuste et frustrant ?

3.Posté par Christiane Abraham le 15/12/2012 16:23
Je viens de faire votre connaissance par l'intermédiaire de "Nouvelle donne 06" et je regrette de ne pas avoir encore lu votre livre, ce qui ne saurait tarder.
J'éprouve admiration pour votre parcours et votre acharnement à vouloir changer le monde.
Je me présente : retraitée, toujours militante syndicale et active bénévole dans quelques associations, dont la Fondation Abbé Pierre, je sais qu"il faut être trés opiniâtre et persuasif pour faire évoluer les mentalités......
Bon courage et bel avenir.

4.Posté par ELFORDY Expedit le 20/01/2013 10:41
Merci d'exister et bon courage. Je suis dans le mouvement associatif depuis plus de trente ans, j'ai connu moi aussi des malheurs mais compensés par des bonheurs, j'ai obtenu le label Fraternité 2000 pour des actions de terrains que je menais, à cette époque je présidais deux associations que j'avais créées, un Moto Club et la ligue réunionnaise des Jardins familiaux, rien que pour cette action, j'avais cinq emplois jeunes dix CDI et en plus j'avais obtenu cinq CES. Suite à des problèmes de jalousie autant dans mes équipes qu'au niveau des politiques locales, j'ai décidé de tout balancer du jour au lendemain et un mois aprés j'ai créé Réunion plus qui a vivoté parce que je refusais de demander des subventions, cette association redémarre cette année avec de nouvelles impulsions, de nouveaux projets, j'ai 70 ans et j'ai la "niac" je me suis moi aussi mis a l'informatique mais pas seulement . Actuellement je forme des jeunes au journalisme d'investigation pour montrer ce que l'on nous cache dans cette île prétendue paradisiaque mais où une mafia s'insinue progressivement on l'appelle "l'île à grand spectacle" je vais montrer au monde de quel spectacle il s'agit. En tout cas merçi de me rebooster comme tu l'as fait à la lecture de ton histoire, je te souhaites une bonne année 2013 "j'ai moi aussi voté Melenchon"

5.Posté par Bernard Gonel le 20/01/2013 14:22
Merci à Christiane Abraham et à ELFORDY Expedit pour leurs gentils commentaires qui me touchent beaucoup. Et du même coups, félicitations pour leur engagement et leur combativité.

6.Posté par Gabel Liliane le 25/01/2013 17:20
Comment peux-tu penser, cher Bernard, que "quand on n‘est que dans le virtuel on n’arrive à rien" !
TOI, tu n'es pas dans le virtuel, tu as vécu, et ton vécu est bien concret, qui t'a inspiré ces réflexions très concrètes, elles aussi.
Bonne continuation, nous sommes plusieurs à te suivre et à partager ton message.

7.Posté par Bernard Gonel le 03/02/2013 17:52
Merci Liliane. Je sais que tu me suis aussi sur Facebook, car j'ai souvent l'occasion de voir que tu partage ou commente la plupart de mes publications. Merci encore

8.Posté par Pascal Amoretti le 15/06/2014 10:32
Sites sur Militaires disparus de Mourmelon :

http://www.dominique59121.skyrock.com

http://www.disparusdemourmelon.org

à étudier !!!

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Septembre 2017 - 11:52 Nono reçoit le Collier de l'Hermine... et raconte

Lundi 11 Septembre 2017 - 17:43 La commune où l'on aime vivre ensemble







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Le mal des soignants

Un mal ronge le milieu de la santé : la violence sur les jeunes en formation. Un nouveau diagnostic révèle même un aggravation chez les futurs infirmier.e.s. Ils se déclarent stressés (78%), épuisés psychologiquement (62%), usagers parfois de psychotropes (27%) et pas seulement à cause du poids des études ou de la précarité qui les oblige à bosser : ils se disent aussi victimes de discriminations (36,5%), de harcèlement (33,4%)... Le milieu n'a jamais été d'une grande douceur mais l'austérité injectée à haute dose depuis des années a mis les soignants eux-mêmes sous tension. Le mal frappe à tous les étages mais le principal c'est que les comptes de la Sécurité Sociale, eux, se portent mieux. 

Michel Rouger

21/09/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"