Amériques

À Bogota, les courageux habitants d'Altos de la Florida


05/11/2011

Le quartier d’Altos de la Florida, dans la lointaine banlieue de Bogotá, s’évertue à exister aux yeux d’une municipalité corrompue. Marginalité, insalubrité, violence, sont le quotidien de femmes et d’hommes qui, chaque jour, luttent pour que soient reconnus leurs droits de citadins et de citoyens.




Esperanza et sa famille
Esperanza et sa famille
En ce début d’après midi, le soleil peine à percer les épais nuages qui coiffent la banlieue sud de Bogotá. Les rares rayons qui atteignent le sol aride éclairent d’une lumière blafarde les collines qui longent l’autoroute méridionale. Blanca Molina embrasse le panorama d’un geste mélancolique. « Il y a vingt ans, il n’y avait rien ici. Juste un petit village et des champs ; et regardez maintenant... »

Sur 360°, un paysage tapissé d’édifices ; de la ville, à perte de vue. Jusqu’aux sommets les plus élevés, des milliers de petites propriétés ont été bâties à la va-vite, sans plan ni stratégie. Souvent réduites à de simples cabanes, elles s’entassent les unes sur les autres, s’accrochent aux versants abrupts, grignotent la montagne. Conçues avec des matériaux plus ou moins provisoires (briques, taule, bois, plastique), elles abritent une population jadis rurale, qui fut séduite par la ville ou expulsée par la guerre.

Des populations en quête de paix et de prospérité, se sont confrontées à l’exclusion et à la violence citadine. Dans la capitale colombienne, elles sont plus de deux millions, repoussées aux périphéries les plus lointaines de la ville.

Nicolasa
Nicolasa

Soacha, premier foyer migratoire colombien

Directement imbriquée dans les quartiers sud-ouest de Bogotá se situe le premier foyer migratoire de Colombie, la commune de Soacha. D’environ 100 000 habitants dans les années 1970, elle en comptabilise aujourd’hui presque 700 000. Le manque de planification et la corruption de la municipalité n’ont fait qu’accroitre l’invasion illégale.

A l’extrême sud-ouest de ce labyrinthe, perché sur un versant abrupt, se trouve le quartier d’Altos de la Florida. « Il y a environ 2000 familles qui vivent ici, relate Blanca Molina, dont 800 ont été déplacées par le conflit armé ». Altos de la Florida, tout comme Soacha, enregistre un taux de population déplacée par le conflit armé très élevé, de 30 à 40%.

Nicolasa a fui les assassins de son père, de son frère, de son grand père

« Mon père était le leader élu d’un quartier de Santa Marta [côte caribéenne]»,  confie Nicolasa, une femme à la voix mélodieuse et au visage serein ; « il s’opposait vivement aux paramilitaires qui contrôlaient le quartier. Et pour cette raison, ils l’ont assassiné, ainsi que mon frère et mon grand père […] Par peur des représailles je suis venue ici avec ma famille. »

Victimes d’extorsions, de menaces, de torture, d’enlèvements, d’assassinats, plus de 4 millions de Colombiens – soit un Colombien sur dix – ont été déplacés par les acteurs armés du conflit (guérillas, paramilitaires, armée, narcotrafiquants). Bannis de leur lieu d’origine, ils sont venus se réfugier dans l’anonymat des métropoles.


152 quartiers « non reconnus »

Altos de la Florida, qui surplombe la capitale de plusieurs centaines de mètres, offre aux habitants une vue imprenable sur la mégapole et les montagnes avoisinantes.  « Avec une vue comme ça, nous devrions nous lancer dans le tourisme ! », ironise une petite femme ronde. 

Malgré ce privilège souvent réservé aux classes aisées, le quotidien est tendu, angoissant. Altos de la Florida fait partie des 152 quartiers – sur 368 – « non reconnus en tant que districts par la municipalité de Soacha » ; un quartier en situation illégale, somme toute.

Alvaro est président de l'assemblée communale
Alvaro est président de l'assemblée communale

L'eau plus chère que dans les quartiers luxueux de Bogota

« Depuis des années, nous essayons d’être régularisés, se lamente Alvaro Ortiz Rojas, président de l’assemblée communale ;  nous essayons d’obtenir des aides financières de la municipalité pour construire un système de canalisations, avoir l’eau potable. »

Altos de la Florida, comme beaucoup de quartiers marginaux, ne bénéficient pas de l’eau courante. Ainsi, toutes les semaines, quand le climat et les routes de terre qui mènent au quartier le permettent, un camion citerne vient fournir en eau les habitants. Un système incertain et cher. « Nous payons le mètre cube d’eau 8368 pesos (3,3€), soit plus que les habitants du nord luxueux [de Bogotá] », assène Alvaro. L’eau est donc économisée, réutilisée, récupérée des toits des maisons ou des rivières à proximité.

En outre, de par l’absence de conduites, les égouts s’écoulent à l’air libre le long des ruelles, et stagnent en contrebas du quartier. La profusion de moustiques, vecteurs de maladies, y est considérable. « Les enfants tombent souvent malade », soupire Patricia, une femme au visage dur, une bassine de linge sale dans les mains ; on doit les emmener dans le centre [de Soacha] pour les faire soigner ». Ce quartier, marginal, peine à être reconnu aux yeux d’une municipalité autant « paralysée » que « corrompue ».

« Les gens se vendent à eux par nécessité »

« Depuis quelques mois, les paramilitaires tournent dans le quartier », murmure Blanca, un regard inquiet par dessus son épaule. « Ils contrôlent la drogue, la prostitution […] ils se battent entre eux […] et nous, nous sommes en plein milieu. » Dépourvus d’autorité publique, ces quartiers sont devenus des marchés très lucratifs pour les groupes armés – majoritairement – paramilitaires (groupe d’extrême droite officiellement démobilisé depuis 2006).

« Les gens se vendent à eux par nécessité », raconte Esperanza, une femme au regard sombre qui a été expulsée de sa ferme par les paramilitaires deux ans auparavant ; « parce qu’ils proposent du boulot, qu’ils donnent 5.000 ou 10.000 pesos par jour (2 – 4€), qu’ils offrent une arme ». Pour enrôler de nouvelles recrues, ces paramilitaires tirent profit de la pauvreté, du chômage et du peu d’avenir personnel et professionnel dont peuvent jouir les jeunes de ces quartiers. 

Le combat de Blanca : « Eduquer les petits, apprendre aux femmes à se défendre, nourrir les plus nécessiteux... »
Le combat de Blanca : « Eduquer les petits, apprendre aux femmes à se défendre, nourrir les plus nécessiteux... »

« Trois fois, ils ont essayé de me tuer mais je n’abandonne pas »

Altos de la Florida est néanmoins un espace de protestations. Un espace dans lequel les habitants s’efforcent quotidiennement à faire valoir leurs droits civiques et citoyens. « J’ai de l’espoir »,  avoue Alvaro, ça prendra du temps, mais un jour notre quartier sera reconnu par la municipalité […] et nous avons l’appui de plusieurs ONG et de l’ONU»

Blanca, de son côté, est plus sceptique : « Il y a une cinquantaine d’institutions [qui travaillent] ici, et chaque jour le quartier se dégrade ! A quoi servent-elles ?! ». Cependant, elle ajoute : « C’est à nous d’éduquer les petits, apprendre aux femmes à se défendre, nourrir les plus nécessiteux. » Et contre les paramilitaires et les gangs ? “« Trois fois, ils ont essayé de me tuer mais je n’abandonne pas […] nous devons aider les jeunes à s’éloigner de la drogue et la violence, les former professionnellement, leur offrir un avenir. »

« J’exige simplement que nous ayons le droit de vivre dignement »

Non, Blanca n'abandonne pas... « On s’est rendu compte, poursuit-elle, que beaucoup d’enfants souffraient de la faim,  c’est pour cette raison qu’on a voulu créer un restaurant communautaire. » Il fournit 140 repas par jour mais Blanca espère bien arriver à 250 avec l'aide du Programme Alimentaire Mondial.

Blanca se bat aussi pour qu'il y ait plus de travail sur le quartier : « Ce serait tellement bien qu’on ait un atelier pour fabriquer du savon, des chiffons, des balais, une grande boulangerie, une boulangerie communautaire. Créer des emplois pour les jeunes, pour les mères de famille… »

Songeuse, elle conclut par une touche d’optimisme : « J’exige simplement que nous ayons le droit de vivre dignement, comme communauté et comme citoyens. » Blanca observe l’horizon, plus loin encore que les milliers de quartiers qui prospèrent au sud de Bogotá. « On devrait avoir du soleil », sourit-elle.   

Timothée L'Angevin (Photos Daphné L'Angevin)

Voir aussi La terreur au quotidien

Retrouvez les chroniques latino-américaines de Timothée L'Angevin sur son blog : Courriers d'errance .
Altos de la Florida : 800 familles sur 2000 sont arrivées là pour fuir les groupes armés ou la guerre.
Altos de la Florida : 800 familles sur 2000 sont arrivées là pour fuir les groupes armés ou la guerre.





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 13 Octobre 2016 - 13:50 Pierre et Charlène, urbanistes en mouvements

Mercredi 23 Septembre 2015 - 10:35 La lutte, en trois visages, du peuple des Andes

Europe | Amériques | Afrique | Asie-Pacifique | Maghreb | Moyen-Orient | Palestine/Israël







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Penelope

On peut le révéler : l'affaire Fillon est finie. Ouvrage il y a eu. Dans la solitude de son château, Penelope tricotait ardemment au coin du feu des chandails et des chaussettes pour les pauvres que son mari opiniâtrement créait à Paris, avec son parti. L'assistante parlementaire assistait. Ça fait cher la pelote mais la laine du mouton noir du natal Pays de Galles n'est pas donnée. Penelope aurait bien aimé aussi, pour l'abbé Pierre, abriter quelques familles sans logement mais il est difficile de cohabiter avec ces gens-là. Comprenons bien que François et Penelope souffrent en ce moment tant ils se sentent en accord avec leur foi catholique qui leur répète que les pauvres sont habillés pour le paradis. Avec Penelope et Les Républicains, prions pour que François Fillon devienne président et applique son programme : développer la pauvreté et aider Penelope à faire sa pelote.

Michel Rouger

01/02/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"