Vu, lu, entendu...

Retour sur le drame des Harkis


03/11/2012




En 1975, dans le département du Gard, quatre hommes cagoulés et armés entrent dans la mairie de Sant-Laurent-des-Arbres et menacent de tout faire sauter. Leur revendication : fermer le camp des harkis installé tout près de là, à Saint-Maurice-l'Ardoise, où « vivent » derrière miradors et barbelés quelque 1200 harkis et leurs familles depuis la fin de la guerre d'Algérie treize ans plus tôt. Au bout de 24 heures, ils obtiennent gain de cause.

Dans ce film, Anne Gromaire et Jean-Claude Honnorat reviennent sur l'évènement et sur le scandale des camps de harkis en compagnie de Hocine, l'un des quatre hommes, qui s'est décidé à parler 35 ans après. D'autres personnnes, des hommes et des femmes qui ont connu ce camp, témoignent aussi. À travers le nécessaire travail de mémoire, Harkis, les camps de la honte offre l'occasion d'approfondir et de comprendre le drame des harkis dans toute sa complexité et de les libérer de l'image de  « traîtres ». 
 




Dans la même rubrique :
< >






Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"