Citoyenneté / Libertés

Queen, lycéenne, candidate aux municipales, et libre


27/02/2014

Queen Yemy a 18 ans. Élève au lycée, elle se présente aux élections municipales de mars, à la tête des « Libres penseurs sans partis ». Plus qu’un acte politique, c’est une révolte citoyenne. Les germes d’une vie d’engagements.




Phooto Philippe Roudeillat/Le Courrier des Yvelines
Phooto Philippe Roudeillat/Le Courrier des Yvelines
À 18 ans, certains s’offrent un voyage ou un tatouage, passent leur permis de conduire. Queen Yemy, elle, entre en politique. Cette lycéenne a annoncé, en décembre, sa candidature aux élections municipales de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Elle se présente en tête de liste des « Libres penseurs sans partis », l’association politique qu’elle a fondée pour l’occasion. 
 
Queen vient de sortir de classe. Nous sommes à « Saint-Germain nord ». Un dédale de rues à travers un des plus grands centres commerciaux à ciel ouvert d’Île-de-France, nous conduit dans un bar branché du centre-ville. Ici, c’est "the place to be" : « le lieu de rencontre de tous ceux qui sont en vue. Même les joueurs de foot du PSG viennent de temps en temps. »
 
Une tresse rebelle dévale son épaule. Ses paroles déboulent, ponctuées de rires brefs et nerveux. Comme si elle avait trop à dire, trop d’énergie. L’énergie anarchique de la jeunesse. Queen est encore effarée de l’écho qu’à eu sa candidature. « Les premiers articles ont eu un impact important. Le Courrier des Yvelines a même été affiché au CDI [ndlr : la bibliothèque du lycée] ! »

Queen, lycéenne, candidate aux municipales, et libre

Un pied de nez aux partis traditionnels

Ses « Libres penseurs sans partis » renvoient à « un courant de pensée apparu au siècle des Lumières. On en a parlé en classe. Je voulais repenser comme l’ont fait nos grands philosophes. Et… nous sommes libres de pensée. » Un pied de nez aux partis traditionnels, dont Queen dénonce les carcans. « Dans les partis, on doit faire allégeance à un leader. On est toujours dans l’oppression. Et puis l’UMP et le PS sont toujours en conflit. Au lieu de coopérer, ils sont là à se renvoyer la balle… » 
 
Un jugement auquel son père n’est pas totalement étranger. Ex-militant déçu du PS, il a filé le virus à Queen. Protecteur, cet homme au rire facile et exubérant tient à demeurer à ses côtés pour chaque interview. « C’est papa qui me soutient dans mon engagement. Cela me rassure. Si mes parents ne m’appuyaient pas, je ne me serais pas lancée. »
 
Il fallait une certaine audace pour se précipiter dans l’arène politique de Saint-Germain-en-Laye. Cette ville de 42 232 habitants est tenue par la droite depuis toujours. Sans renouvellement du personnel politique. Le maire sortant (UMP) brigue son troisième mandat. Face à lui, un opposant de droite, fils de son prédécesseur, le candidat du PS et un nouveau venu, le candidat du Front National.
 
« Quand je suis née, le maire actuel était déjà au conseil municipal ! On a l’impression que c’est une dynastie ici ! Personne n’ose se présenter. Les gens pensent que c’est perdu d’avance. » Queen ne nourrit d’ailleurs aucune illusion sur ses chances de gagner la mairie. Sa candidature vise à « secouer les choses ». Provoquer un sursaut citoyen. « Je ne suis pas une politicienne. J’espère que mon acte éveillera les consciences. Surtout celles des jeunes, pour qu’ils s’intéressent à la politique et qu’ils s’engagent. »

Photo Philippe Roudeillat/Le Courrier des Yvelines
Photo Philippe Roudeillat/Le Courrier des Yvelines

Une fille du Sud

Une des priorités de son programme est d’unifier les deux Saint-Germain-en-Laye. Car Queen est une fille du Sud. Ses parents sont d'origine Camerounaise. Elle habite aussi ce « Saint-Germain sud, où il n’y a quasiment pas de commerces. Ce sont des cités-dortoirs. Là-bas, les jeunes sont plus défavorisés. » Dans ce quartier peu attractif, « ils tiennent les murs ! »
 
Les idées en pagaille, elle plaide pour un accès à la culture gratuit, égalitaire, ou encore pour l’extension du jumelage avec les pays en développement. « Cela permettrait de mettre en place des échanges, d’organiser de la solidarité… Je veux changer le monde moi aussi ! »

Et elle s’y emploie déjà. Jeune ambassadrice de l’Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance) depuis ses 16 ans, Queen mène des ventes de gâteaux ou de fleurs dans son lycée, afin de rassembler des fonds. « J’aimerais en envoyer le produit dans des pays défavorisés. Pourquoi pas au Cameroun ? » Elle se concerte du regard avec son père. « Nous connaissons quelqu’un qui pourrait acheminer les choses. Au moins nous saurions où ça va. Et je voudrais qu’on arrête de donner ce qui est de seconde main aux pays d’Afrique. Ce n’est pas notre poubelle ! »

Queen, lycéenne, candidate aux municipales, et libre

« J’ambitionne de travailler à l’ONU »

La jeune fille sensibilise aussi les autres jeunes aux actions de l’ONG. « Nous allons bientôt donner une sorte de conférence au lycée. Nous expliquerons qui peut être bénévole, nous montrerons des vidéos pour intéresser à la cause humanitaire… Et pour la journée de la femme, nous pensons organiser une exposition au CDI, sur le thème des mères du monde. » 
 
Ensuite ? Effectuer un séjour humanitaire, rejoindre Greenpeace… Queen est avide d’engagements. Curieuse de toutes les associations de solidarité, dont elle inscrit les noms dans son agenda d’étudiante – elle se renseignera plus tard sur internet. Peu importe le sujet ou le pays, dès qu’il y a une cause à servir.
 
Et elle ne compte pas s’arrêter là. « Plus tard, j’ambitionne de travailler à l’ONU. Je voudrais devenir secrétaire générale !, s’esclaffe-t-elle… Non, je plaisante. J’aimerais intégrer le Conseil économique et social, ou alors le Conseil de sécurité, pour maintenir la paix. »
 
En attendant d’accéder à la fonction de secrétaire générale, elle va passer son bac littéraire dans quelques mois. Puis ce seront des études de sciences politiques ou de droit. Peut-être à l’université de Nanterre. « C’est là que Daniel Cohn-Bendit était », l’engage son père, d’un ton amusé. Reste, enfin, pour Queen à émanciper sa voix. A préciser sa voie.

Émilie Lay

POUR ALLER PLUS LOIN :

Queen était l’invitée d’Yvelines première, le 6 février 2014. Dans cette interview, elle revient sur son engagement dans la bataille des municipales et détaille son programme.
 
Pour soutenir sa campagne municipale, Queen a ouvert deux comptes sur facebook :
facebook Lpsp
 
« La libre-pensée ou libre pensée est une attitude qui consiste à refuser tout dogmatisme religieux, philosophique ou autre, et à se fier principalement à ses propres expériences et raison (rationalisme, empirisme) pour penser ou juger. » Voir la page Libre-Pensée sur Wikipédia  
 
Comment devenir jeune ambassadeur de l’UNICEF ? En quoi cela consiste-t-il ? Des explications et des témoignages de jeunes ambassadeurs sur le site de l'UNICEF.
 




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Septembre 2017 - 11:52 Nono reçoit le Collier de l'Hermine... et raconte

Lundi 11 Septembre 2017 - 17:43 La commune où l'on aime vivre ensemble



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono