Loisirs

Le mauvais élève fou du Japon


09/11/2010

Collégien, il était sur la voie de garage du système scolaire. Aujourd'hui, à 22 ans, Vincent est un passionné du Japon et de sa langue insaisissable. Un pied de nez aux esprits maniaco-sélectifs...




Le mauvais élève fou du Japon
Je n'ai rien compris. Rien. Sur la table du bar-terrasse rennais, pendant un bon quart d'heure, Vincent a tout essayé. Maintes fois, il a tourné et retourné son papier: «Là c’est les kanjis, là c’est les hiraganas», a-t-il réexpliqué. » - ??? - Vous pigez, vous, les caractères japonais, les deux alphabets et leurs combinaisons? Mais je savais au moins que Vincent ne me prendrait pas pour un idiot. Lui aussi a vécu ça. Il y a dix ans, il était en «Section d'enseignement général et professionnel adapté» (Segpa). En clair, l'un des quelque 100 000 collégiens qui, chaque année, sont gravement fâchés avec l'école...

Vive les mangas...

« Ça ne m’intéressait pas, esquive-t-il, en fait j’ai eu quelques trucs dans ma famille.» Peu importe. Laissons les causes de l'échec scolaire aux kilos d'expertises sur le sujet! Au collège, donc, Vincent se prend la tête durant les cours. Cahin caha, soutenu par l'imagination pédagogique de ses profs, il parvient quand même à se construire quelques savoirs. 

A 18 ans, il décroche un CAP vente, trouve un boulot dans un supermarché puis un autre dans une usine fabriquant des équipements auto. Dans la poche, il garde toujours, aussi, quelques mangas, les fameuses BD japonaises... «J’ai commencé à lire des mangas quand j’avais 8-9 ans; ça parlait d’un faux prof qui avait fait plein de conneries dans sa jeunesse. Ça m’accrochait. Les Japonais sont pourtant des gens posés mais dans les mangas, c’est complètement l’inverse, c’est exagéré à mort et il y a plein d'humour, à tous les degrés.» En Segpa, Vincent se met à l'aïkido et garde le nez dans les mangas. Et celles-ci ne vont plus le quitter.

Il devient carrément mordu du Japon et de sa langue. Il trouve une prof japonaise qui lui donne cours chez elle et, tout en préparant le CAP, passe des heures à réviser. Il ne s'arrête plus, même quand il bosse au supermarché et à l'usine: «Pendant les pauses, je révisais, je mangeais en cinq minutes; le matin, entre 5h et 6h, je révisais aussi. Entre les cours, les livres, les mangas, la moitié de mes économies partaient dans le Japonais...»

« Des vrais amis là-bas »

Au bout de deux ans d'usine, Vincent peut réaliser ce qui est devenu son rêve: à 19 ans, il part au Japon. Il est avec ses parents et les guide. «Je connaissais entre 100 et 150 signes. J’arrivais à demander mon chemin, à commander au restaurant.». L’année d’après, il repart avec un groupe de jeunes, les guide aussi et un peu plus: «Je les aidais aussi sur les prix des kimonos et sur la façon de vivre: c'est l'opposé d'ici.» Un an passe encore et c'est le grand saut: à la fin 2009, le fou de Japon s'envole de nouveau, seul, pour trois mois.

«J’étais dans une famille, je prenais des cours dans une école japonaise. Là-bas tu bosses! Tu n'as que tes week-end et encore…. Pour apprendre les kanjis, c'est du bourrage de crâne. On ne fait pas tellement ça en France. C’est dur aussi question mode de vie. Un japonais se lave au moins quatre fois par jour. Quand tu rentres dans une maison, tu dois te déchausser et mettre tes chaussures dans le sens où tu dois repartir; j’ai dû ranger cent fois ma chambre!»

Basé à une heure et demie du centre de Tokyo, Vincent se faufile dans le métro: «Pour vingt Français, on peut mettre cinquante japonais!» Peu à peu, il intègre les rites de la société nippone et s'insère. «J'ai sept-huit vrais amis là-bas, pour un européen, c’est pas mal. Ils m'ont expliqué leurs habitudes. Ce qui me plaît le plus: le respect d'eux-mêmes et des autres. Quand ils mettent un masque, par exemple, ce n’est pas pour se protéger mais pour ne pas transmettre de maladie; il y aura aussi toujours quelqu’un pour t’aider.»

L'objectif: « dépasser les 1000 kanjis »

Vincent est intarissable. Le Japon est devenu véritablement sa seconde patrie. L'hiver dernier, sitôt revenu, il a repris ses cahiers entre ses petits boulots. Sur la table, il rouvre une page: «Il y a des signes comme ça…, après comme ça...; ils se combinent. Mon objectif, c'est de dépasser les 1000 kanjis. Pour parler facilement et lire le journal, il faut connaître 1500 kanjis. Ce que je fais en général, chez moi, c'est écrire, écrire plusieurs fois, en utilisant Internet. Je vais sur des traducteurs, je passe de l'anglais au japonais: au lieu d’apprendre l’anglais pendant deux ans puis le japonais pendant encore deux ans, je les apprends en même temps...»

Il y a quelque temps, il est allé parler de sa passion japonaise aux collégiens assis aujourd'hui dans la classe Segpa. «Je leur ai expliqué mais ils ont trouvé ça un peu bizarre.» A chacun sa voie. Lui aime regarder sur son Iphone les photos de là-bas, ou bien la météo d'Osaka et de Tokyo. Et il se prépare à repartir. «Je vais aller au moment du Nouvel An, pour deux mois. J'ai envie d'aller à Osaka et Kyoto, pour changer. Je sais que je devrai apporter un cadeau: si tu ne tiens pas tes promesses, c’est dramatique.»

Bien sûr, la logique voudrait qu'il y reste mais le Japon n'est pas moins fermé aux travailleurs étrangers que la France. «J’aimerais bien m’installer mais c’est difficile.» Pour avoir mieux que des visas de trois mois, «soit il faut venir avec un diplôme, soit il faut se marier.» Vincent n'ayant pas le bac, reste les Japonaises. «On peut en connaître deux dans la journée, frime-t-il. Je dis toujours aux copains, "N’y allez jamais en couple, la copine va se faire draguer et le mec pareil.» Compliqué, l'amour: sur le cahier, bien sûr, ça donne plusieurs kanjis...

  Michel ROUGER.


Tags : Asie, Ecole




1.Posté par Alain Le Mat le 18/11/2010 19:48
"Gambatte" Vincent-san!!! Bravo, persévère Vincent!!!
Si tu as besoin de quelques conseils, ou renseignements sur le Japon saches que je suis à ta disposition (j'ai vécu 20 au Japon, comme prof de français et directeur d'un magazine bilingue franco-japonais "Les Voix". Je n'ai l'expertise que d'un simple "gaigin", mes si mon expérience peut-être utile, je serais heureux de t'en faire part. Alain Le Mat


Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono