Travail

La folle vie du citoyen Yffic, mémoire du port de Brest


16/11/2011

L'arroseur arrosé, le reporter reporterisé... Venu interviewer Yffic Dornic, me voilà filmé, interrogé sur mes souvenirs brestois, les grèves de la navale, tout ça : quel sacré chasseur d'Histoire il fait, Yffic ! Au vrai, la belle histoire, c'est lui. Faudra que les Brestois en fassent une chanson ! Et nous brandirons nos verres à la santé du citoyen Yffic Dornic, la mémoire, joyeuse et douloureuse, du port de Brest...




Féfet (tirage de Marcel Cloitre)
Féfet (tirage de Marcel Cloitre)
Il était une fois... Non, ce conte-là, il faut le commencer par la fin, par aujourd'hui. Yffic Dornic, 75 ans, s'est assis devant son ordinateur, dans l'ancien entrepôt du quai de la Douane où il trimballait jadis des sacs d'engrais et où il côtoie maintenant les artistes du Fourneau, le Centre des Arts de la Rue. Il a ouvert son blog Portde.info et il a cliqué sur Féfet. Ça explique tout. 

« Un jour, Féfet a vu que je n'avais pas d'argent sur moi »

txt2.mp3 Podcast : la folie du citoyen Iffic  (1.51 Mo)



La folle vie du citoyen Yffic, mémoire du port de Brest

« Mon père aimait deux soeurs »

Comme Fefet, comme tant d'autres, Yffic a jeté l'ancre sur le port du bout du monde quand sa vie faisait naufrage. Le champion de la mémoire raconte volontiers sa propre histoire. Tout bébé, la galère a commencé. « Mon père aimait deux sœurs, il s'est marié avec l'une et a aimé physiquement l'autre. » Mère célibataire, fille-mère comme on disait à l'époque, chez des bourgeois de Quimper, vous voyez le tableau ? 

Le petit Yves est donc né à Nantes, le 27 octobre 1936 et a vécu une enfance nomade, embaluchonnée. Nantes, Rennes, Laval, Segré... : « J'ai vécu dans vingt-deux endroits pendant la guerre ». D'autant que les très bretons parents se sont retrouvés embringués dans d'épineuses aventures autonomistes.

La guerre finie, la mère, travailleuse, excellente couturière, donne à son gamin une « éducation très catholique » À l'école, il est « très bon en théorie mais mauvais en pratique ». Alors, il part bosser. Renvoyé à 19 ans pour activisme syndical à la CGT, il entre dans l'affichage, à Rennes, par son père toujours présent pour un coup de main. 

La folle vie du citoyen Yffic, mémoire du port de Brest

Pinder, la gloire de l'afficheur

Après la guerre d'Algérie qu'il a vécue « sans tirer un coup de fusil », en tirant seulement... six mois supplémentaires, il embauche chez l'afficheur Giraudy, toujours grâce à son père. Puis chez Dauphin. Il est coté. À plusieurs reprises, une voiture le suit et l'accoste : « Je vous embauche ». Arrive comme ça, un jour, une 404 de couleur crème : Pinder. « Ils prenaient les meilleurs.  » 

Le cirque Pinder, la gloire de l'afficheur ! Durant trois ans, Yves Dornic colle du rêve à travers toute la France. Manque une chose : l'amour. « On n'avait pas le droit de fréquenter. » Pour sa belle, il repart donc chez Dauphin, à Rouen. Mais elle se languit aussi de son pays natal. Va pour Landerneau. L'ouvrier s'installe à son compte : « Ça c'est mal passé ; je suis un mauvais gestionnaire, elle est partie. » L'amour, l'amour...

Après sept-huit mois de boulots-galère, Yves Dornic, le moral par terre, s'en va voir le curé.  « Il m'a dit : "Tu ne viendras plus me voir, je le sais, mais va sur les quais à Brest, va faire docker, tu gagneras ta croûte." » En 1972, à 36 ans, l'enfant de 36, sans le savoir, entame une nouvelle vie. 

La folle vie du citoyen Yffic, mémoire du port de Brest

Un docker chez les artistes

Elle commence durement, comme la première. Il débarque sur le port « dans un état lamentable », « habite dans sa voiture », découvre « la mafia, les pros, les copains, les trafics ». Lui gardera toujours sa carte O. Occasionel à vie. Mais il y a Féfet et d'autres ; un chef docker le fait travailler, au port et chez lui, à son chenil, lui offrant en outre le gite et le couvert. Vingt-quatre ans plus tard, en 1996, au départ en retraite, « c'est la CGT qui a payé : on était 500 ! »

C'est que le bonhomme au chapeau s'est imposé sur le port. Chez les dockers et à côté, notamment chez les artistes de Grains de Folie puis du Fourneau. Pour eux, le docker a souvent soulevé et porté. Et surtout l'ancien afficheur a collé : « C'est un métier, mon métier. » Devenu Yffik, il a même été désigné gardien du Centre, tout en gardant sa caravane : « Ça me rappelait Pinder, la plus belle période de ma vie !  »

La folle vie du citoyen Yffic, mémoire du port de Brest

Maire du port et branché

Il y a dix ans maintenant, le docker-afficheur-gardien rencontre au Fourneau, un autre Yffic, Yffic Cloarec, champion du net. « J'ai envie de te mettre à écrire des mails», lui dit-il. À partir de ce jour-là, Yffic Dornic a « appris la science du mail ». « J'écrivais et j'avais la réponse tout de suite ! » Après, on l'a branché sur les moteurs de recherche, il a tapé « Le port, Brest » et « il est tombé plein de choses ! Je croyais connaitre le port, je ne connaissais rien.  »
 
Modeste Yffic ! Tu parles qu'il le connaît le port, depuis longtemps. Il a toujours été au courant de tout, surtout des changements à venir concoctés en mairie. « Je disais souvent aux gens "il va se passer ça" », tant et si bien qu'un jour une voix a lancé : « V'là le maire ! » De là,  il y a eu une élection « avec plus de votants que d'inscrits ». Un plébiscite. Yffic Dornic maire du Port De ! Mais c'est vrai qu'il lui fallait aller plus loin, jusque dans les entrailles, dans la mémoire.
 

La folle vie du citoyen Yffic, mémoire du port de Brest

«J'ai souvent dit : "On me redira Monsieur".»

Quand les blogs sont arrivés, c'était pour lui. Blog + mails : le « fou de la pêche », depuis cinq ans, chalute  loin, profond. « Je fouille par Google, je téléphone, plein de gens m'envoient des mails ; je leur dis : "Voulez-vous que je vous interviewe pour que la mémoire ne soit pas perdue ? " J'ai eu deux refus sur à peu près 500. »  Yffic Dornic ne cesse de remonter à la surface des faits, des photos, des plans, des vies, des joies, des peines...: « Au début, en 2006, je pensais faire 20 pages, j'en ai 120. »

Il a trente dossiers toujours ouverts dont l'explosion du cargo Ocean Liberty qui fit 30 morts et 1000 blessés graves sur le port et dans la ville en 1947. « Six heures par jour », il est devant l'écran, tapant d'un doigt d'une frappe ouvrière mais taillant ses photos au millimètre et ciselant ses textes : « J'aime ça ; quand j'étais môme, j'avais 19/20 en rédaction ; à 12 ans, j'ai été premier du Maine-et-Loire à un concours ; depuis, j'ai été en débandade, comme un clochard mais j'ai souvent dit aux gars : "On me redira Monsieur".»

Des interviewes sans fard

Yffic Dornic travaille sur son blog et aussi pour Wiki-Brest et d'autres. C'est une référence dans la vie brestoise. N'hésitez pas à rejoindre son carnet d'adresses déjà considérable. Et à répondre à ses questions. Sans fard. Il vous y aidera. Le pêcheur de mémoire Yffic Dornic a sa technique : « Je ne prépare pas les gens aux questions ; s'ils se préparent, ils ne disent plus pareil ; et quand j'interroge, je suis assez incisif... »

Incisif mais avec l'épaisseur humaine de celui qui s'est bien coltiné la vie. « Un jour, quelqu'un est venu et m'a dit : "Mon père ne sait pas trop écrire mais il a bien connu le port et il a envie de raconter, tu veux bien l'interviewer ? " Il est venu. Il a commencé : "Je n'ai rien à dire..." Au bout d'une heure et demie, il parlait toujours : "Je voudrais encore dire..." »

Il y aurait encore tant à raconter aussi sur Monsieur Yffic Dornic. Cliquez plutôt tout de suite, ici, sur son blog...

Michel Rouger
La folle vie du citoyen Yffic, mémoire du port de Brest






1.Posté par baron le 17/11/2011 22:38
Superbe témoignage, cela émeut et fait sourire la brestoise que je suis...

2.Posté par Auffret le 31/01/2014 17:04
Bonjour,
Je suis le "jeune" frère de Féfet, ça me fait chaud au coeur ton histoire.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Juillet 2012 - 16:17 Wikis : les portraits de Thionville







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

Le petit artificier

17 février. Cela fait trois mois maintenant que le Premier ministre, Manuel Valls, a mis le feu aux poudres en voulant faire exploser le Code du Travail. Comment le Président de la République, son compagnon de jeu, a-t-il pu le laisser allumer la mêche aussi maladroitement ? Mystère. Il est vrai que François Hollande, foncièrement homme de consensus, se croit aujourd'hui chef de guerre. Toujours est-il qu'il était évident que le pays s'enflammerait. Loi Macron, déchéance de la nationalité, chômage... Trop de colères couvaient. Une telle réforme ne pouvait qu'allumer la révolte de la gauche syndicale et de la jeunesse radicale. Trois mois plus tard, les manifestants continuent de manifester,  les casseurs de casser, les policiers sont épuisés, la gauche gravement déchirée. Manuel Valls a ressorti sa bombinette du 49-3. Il joue toujours avec les allumettes. L'état d'urgence n'a rien prévu pour ça ? 

Michel Rouger

19/05/2016

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"