Travail

Christine « aime bien se battre, tout le temps »


20/09/2011

En septembre 2011 nous dessinions le portrait de Christine Cassin, déléguée CFDT aux abattoirs de Kerméné. Elle est de ces militants syndicaux d’entreprises qui, au quotidien, sont engagés pour la défense des salariés. Utile, quand tant d’ouvriers sont touchés par la crise en Bretagne et dans le reste du pays.




Christine « aime bien se battre, tout le temps »
A 2 h 30 ce matin, elle était déjà debout et là, maintenant, en plein après-midi, elle affiche un tonus d'enfer ! Quel ressort anime donc Christine Cassin, 50 ans, leader du syndicat CFDT des Abattoirs Kermené dans les Côtes d'Armor ? Chez elle, à la Ville Hallade, en Plénée-Jugon, dans l'un de ces multiples villages où les salariés des Abattoirs viennent oublier leur fatigue, elle parle, intarissable, dans la salle de séjour, tour à tour sérieuse, enjouée...

Levée à 2 h 30 ! « Je commence à 4 h mais j'aime bien arriver 20 mn avant pour dire bonjour aux collègues. Je pars d'ici à 3 h 20, je fais les 15 km, je prends le temps de m'habiller, je discute, je prends la température ; on n'est pas là pour courir : après, au boulot, on va courir quelques heures !  »

Christine a effectué aujourd'hui ses 6 h 30 de boulot, sur son Fenwick, portant et véhiculant les paquets de salaisons jusqu'à 10 h 30. Toujours de l'équipe du matin, elle fait aussi un samedi sur trois. Mais elle abandonne le plus souvent le chariot pour le cartable : elle est déléguée syndicale, déléguée du personnel, élue au CHSCT et au comité d'entreprise, secrétaire de la FGA-CFDT de l'agro-alimentaire pour les Côtes d'Armor...

Une parisienne dans la viande

Les Abattoirs Kermené ont vu arriver Christine Cassin il y a tout juste vingt ans. La grande machine à viande des Centres Leclerc qui, chaque année, tue 1, 5 million de cochons, 90 000 bœufs et 70 000 veaux ; sort 14 millions de cartons de jambons, steacks, salaisons... ; emploie 2 500 salariés dans six usines, etc., n'était pas pour elle un destin tout trouvé. Fille d'une bretonne et d'un guadeloupéen, Christine était surtout parisienne, du 14è puis du 13è. Simplement, un jour, la dactylo a voulu prendre l'air.

« J'étais déléguée du personnel dans une entreprise de renseignements commerciaux. Il y a eu un plan de licenciements. J'ai proposé de prendre la place d'une autre, qui venait de construire et avait des enfants en bas âge, et j'ai pris la prime de départ : je voulais découvrir autre chose.  » Direction : le lieu des vacances chez la grand-mère. En Bretagne, elle écrit à 450 entreprises, a peu de réponse, prend la lettre d'embauche d'une copine acceptée aussi à La Poste et parvient à convaincre le chef concerné.


Christine « aime bien se battre, tout le temps »

Brûlée au 3ème degré

L'abattoir, ça change du bureau. Un an après l'embauche, en 1992, l'accident. « On travaillait devant une grosse machine, de la grandeur de la table, là ; elle brassait de l'eau à plus de 100°C pour décoller le plastique sur le jambon avant le passage au trancheur. La machine bourbitait au maximum, la porte s'est ouverte, mon tablier était très épais mais l'eau a glissé dans les chaussures. J'ai été brûlée au 3ème degré. Ça a été assez dur... »

Après six mois d'arrêt, c'est une Christine remontée qui revient à Kermené. « J'ai réclamé des chaussures, j'ai dit "sinon, je viens en chaussons" ; ils en ont amené des chaussures, jusqu'au jour où j'ai trouvé ce qu'il me fallait. »  Elle réclame aussi autre chose :  « J'étais tellement colère que je suis allée voir les élus pour être membre du CHSCT, je leur ai dit : "je ne vous demande pas, j'exige, il y a des choses à faire dans cette entreprise" ; quand j'ai envie de dire une parole, je la dis.  »

Christine « aime bien se battre, tout le temps »

La robotisation a accéléré les cadences

« J'ai toujours bataillé, j'aime bien me battre tout le temps », dit-elle aussi. Et ce n'est pas les occasions qui ont manqué depuis près de 20 ans au CHSCT de Kermené ! « On a vraiment progressé. Ce n'est pas le top de chez top dans les entreprises agro-alimentaires, ce sont des postes assez durs mais moins qu'avant. Il y a 30 ans, disent les collègues, on travaillait dix heures par jour, debout, dans le bruit et l'humidité, sans être équipés.  »

« Aujourd'hui, ils ont mis tout le matériel possible mais le pire de l'histoire c'est la robotisation : les cadences sont plus importantes.  » Et si les coupures ont diminué, les fameux troubles musculo-squelettiques (TMS) frappent : « À l'épaule, au poignet, au coude ; il y a aussi de plus en plus de hernies discales.  » La température reste bien sûr également un problème : « En été, on travaille à 2 ou 3 degrés ; quand on rentre dans la voiture dehors c'est du 40, c'est le cœur qui prend ; j'en ai parlé en réunion à Paris : il faudrait faire une étude. »

Christine « aime bien se battre, tout le temps »

« J'ai besoin d'aider les gens »

C'est ça qu'elle aime d'abord, Christine Cassin, la syndicaliste de Kermené : les problèmes concrets. « Être dans la rue, marcher, tenir une banderole, ce n'est pas ce que j'attends.  » Parfois, bien sûr, c'est nécessaire mais elle ne se contente pas alors de marcher ! « Pour les retraites, à Saint-Brieuc, on a monté des sketches. Moi, j'étais chauffeur routier, avec cote bleue, chiffon, casquette et le volant tout le temps pour montrer la pénibilité : c'est fou le monde qu'on a eu ! On aurait pu demander une petite pièce, même la CGT s'est arrêtée autour de nous.  »

En d'autres termes, Christine Cassin est syndicaliste « pour apporter de l'aide aux gens : j'ai besoin d'aider les gens, les autres. Attention : je n'aurais pas aimé être assistante sociale, il y a trop de règlements, d'obligations. Je trouve aussi que l'associatif a ses limites. Un moment, en quittant l'usine l'après-midi, je partais à Kerpape remonter le moral des personnes brûlées ; quand on est passé par là, on sait ; quand je repartais, j'avais fait du bien mais je n'avais pas l'impression d'avoir apporté beaucoup. Le syndicalisme est plus intéressant parce qu'il faut se battre. »

« Quand on est femme, il faut être vicieuse »

Dommage, franchement, que les salariés, dans leur majorité, ne connaissent pas ça ! « Au départ, on a toujours peur », dit-elle pour rassurer ; on a peur parce qu'on ne connaît pas ; on se sous-estime ; "Comment elle fait pour s'exprimer ? Jamais, je ne pourrai faire ça !" Moi aussi j'ai pensé ça mais j'ai découvert dans mon parcours que tout le monde avait la trouille devant le micro... »

Une autre chose qu'elle a dû apprendre, c'est de faire passer la voix d'une femme dans un milieu d'hommes. « Par exemple, dans une négociation de branche à Paris, j'étais la seule femme ; je levais la main pour prendre la parole, ils ne me voyaient jamais ; les hommes faisaient la même chose, on leur donnait la parole ! Quand on est femme, il faut être vicieuse. Dire : "Je ne suis qu'une femme, alors évidemment..." Alors d'un seul coup tout le monde va vous donner la parole ! Mais ça, c'est du vice. Remarquez, après, ce sont les hommes qui prennent les décisions... »

Christine « aime bien se battre, tout le temps »

Pas facile à manœuvrer...

Encore que... Dans les discussions avec les représentants de la direction, la syndicaliste de Kermené ne semble pas facile à manœuvrer. Trop bien organisée ! « J'écris tout. J'écris ce qu'ils disent. Parfois, je reprends : "Comment se fait-il ? Vous avez dit tout à l'heure..." Souvent je ne dis rien, j'écoute ; comme je parle beaucoup, ça surprend ; et puis, tout d'un coup... »

C'est tout cela qu'elle aimerait bien partager. Avec les jeunes notamment. « J'aime bien la période de la saison, il y a des étudiants, ça fait longtemps qu'on a quitté l'école, on s'enrichit. On parle de leurs études, je leur demande ce qu'ils veulent faire. » Christine Cassin regrette que trop de jeunes ne tiennent pas longtemps dans un poste de travail ou une formation.

« On devrait les accompagner jusqu'au bout, » dit-elle, jusqu'à ce qu'ils se fixent. « C'est pas formidable de mettre des saucissons dans les cartons, moi aussi quand j'ai commencé, j'ai dit "Je ne resterai pas à Kermené, ah ça non !" » Vingt ans ont passé et Christine, par le syndicalisme, a le sentiment d'être « devenue plus riche ». Une collègue a sonné à la porte, nous les avons laissées toutes les deux : « On va essayer de trouver une solution. »

Michel Rouger


Christine « aime bien se battre, tout le temps »
Un livre : « Patricia, Romain, Nabila et les autres  »

Les leaders politique ou syndicaux ne donnent pas souvent dans ce genre-là.  François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, a décidé de rendre compte, dans un livre-reportage, de la vie concrète des salariés de tous secteurs qu'il a rencontrés. Sous la plume de l'ancien éducateur hospitalier, ces derniers expriment leurs griefs, leurs souffrances mais aussi leurs fiertés et leurs bonheurs. François Chérèque explique sa démarche dans cette interview sur le site du syndicat.

Patricia, Romain, Nabila et les autres, Albin Michel, 226 pages, 18 €.

Un jeu vidéo pour découvrir ses droits : cliquez ici 

Revivez en chanson la lutte des Penn Sardin





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Janvier 2017 - 14:16 80 chômeurs bretons trouvent leur emploi







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Le mal des soignants

Un mal ronge le milieu de la santé : la violence sur les jeunes en formation. Un nouveau diagnostic révèle même un aggravation chez les futurs infirmier.e.s. Ils se déclarent stressés (78%), épuisés psychologiquement (62%), usagers parfois de psychotropes (27%) et pas seulement à cause du poids des études ou de la précarité qui les oblige à bosser : ils se disent aussi victimes de discriminations (36,5%), de harcèlement (33,4%)... Le milieu n'a jamais été d'une grande douceur mais l'austérité injectée à haute dose depuis des années a mis les soignants eux-mêmes sous tension. Le mal frappe à tous les étages mais le principal c'est que les comptes de la Sécurité Sociale, eux, se portent mieux. 

Michel Rouger

21/09/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"