Différences

Des puéricultrices et mamans aveugles croisent leurs regards


20/09/2012

Choisir de devenir parents quand on est porteurs d'un handicap est source de doutes, d'inquiétudes et de questions. Depuis 20 ans, à Paris, avec des parents handicapés et des spécialistes, Edith Thoueille et Martine Vermillard cherchent et trouvent des réponses adaptées, bien utiles pour tous les parents du monde.




Des puéricultrices et mamans aveugles croisent leurs regards
En 1987, Martine Vermillard et Edith Thoueille partent, sans le savoir, dans une aventure humaine qui va les transformer et transformer leur vie professionnelle.  

« Banaliser le handicap de ces mères n'est pas mon objectif parce qu'il rend quotidiennement leur vie beaucoup plus compliquée que la nôtre : le monde a été conçu pour des individus qui voient. » écrit Edith Thoueille dans le magazine YANOUS, le magazine francophone du handicap « Mais malgré tout, il me plait de les considérer comme des visionnaires, qui ont leur manière spécifique de regarder le monde et leur enfant et surtout d'enrichir ceux qui se donnent la peine de les regarder, de les écouter avec une attention toute particulière. »

Laissons-nous guider par elles pour toucher, sentir et écouter le monde.
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

Pour information

A Paris, le Service d'Accompagnement à la Parentalité des Personnes Handicapés (SAPPH ) 26 boulevard Brune dans le 14ème, accompagne avant et pendant la grossesse les personnes ayant un handicap visuel  ou moteur.  A Paris, l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière accompagne les grossesses des femmes sourdes. Une seule consultation au niveau national suit les futurs parents handicapés : l’Institut Mutualiste Montsouris, 42 boulevard Jordan dans le 14ème arrondissement.

A lire :

« La maternité des femmes aveugles, du désir d'enfant au bébé réel » d'E. Thoueille, de D. Candilis, M. Soulé et M. Vermillard dans la revue La psychiatrie de l'enfant  vol. 49-2

« Aider les mères non-voyantes » d'Edith Thoueille sur le site Ligne de Vue


POUR ALLER PLUS LOIN
 

Le voyage de Magali à Paris

Des puéricultrices et mamans aveugles croisent leurs regards
 
 

Des puéricultrices et mamans aveugles croisent leurs regards
Alison Lapper, la \\"Vénus\\" de Trafalgar square
 





Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono