Menu
Mardi 18 Juin 2019

Tintamarre dans seize mètres carrés !




La troupe de théâtre Tintamarre, partenaire depuis de longues années de la Maison de quartier de Villejean est venue le 16 juin y présenter sa nouvelle création. Elle s’intitule « 16 m2 ».

Pour bien clôturer la fête de la Maison de Quartier
 
Celles et ceux des Villejeannais.es qui avaient survécu, samedi dernier,  à l’assemblée générale de l’association « Rencontre et culture », à l’apéro du midi, à la fête du jeu, aux prestations théâtrales des ateliers et de la Troupe d’Improvisation Rennaise, à la danse country, aux danses africaines de Synzhoi, à la partie de baby-foot humain, à l’apéro du soir et à d’autres moments très agréables ont été bien récompensés de leur endurance. Sur le coup de 20 heures la troupe Tintamarre est venue installer, gratuitement, dans la salle de spectacle, son joyeux… tintamarre !
 
Un récit de cape et d’épée dans un espace réduit.

Après « Arsenic et vieilles dentelles », Tintamarre est retourné plus loin dans le passé et s’est attaqué à une pièce historique de Théophile Gautier, «Regardez mais ne touchez pas !». De cet auteur romantique du XIXe siècle on se souvient surtout du « Capitaine Fracasse ». L’action de cette pièce-ci se déroule en Espagne et c’est un pastiche des drames romantiques historiques nombreux à cette époque où « sévissaient » Alexandre Dumas et Victor Hugo.

16 m2 !

Pourquoi changer le titre de la pièce en « 16 m2 » ? Parce que c’est un sacré défi que de monter un récit de cape et d’épée dans l’espace réduit d’une scène de théâtre.

Le pari est d’autant plus difficile à réaliser que l’argument de la pièce tourne autour d’un cheval lancé au galop et du mystérieux inconnu qui, en l’arrêtant, sauve la vie de la reine d’Espagne.

Le spectacle est hilarant car bâti sur une mise en abyme : les comédiens sont en répétition et leurs personnalités s’affrontent dans la vie sur le plateau comme dans le récit espagnol. Le metteur en scène a modifié «grave» le texte de la pièce sous prétexte qu’on va la jouer pour des élèves d’un lycée d’éducation prioritaire  de la ZUP ! La personnalité emportée de Ludovic, l’acteur principal, pourra-t-elle être canalisée sur scène ?
E viva España !

Les petits travers de ces comédiens et des grands d’Espagne qu’ils incarnent, un oncle fêtard, un Don Melchior menteur, dragueur et ambitieux, une Griselda rouée et une Béatrix amoureuse, les quiproquos dus à l’obscurité dans les jardins d’Aranjuez, tout cela nous mène vite du côté de Tex Avery et le délire s’installe bientôt sur la scène.

Mais ne dévoilons rien ! Disons qu’il y a de la vidéo, de la musique, des anachronismes, du délire, une boule à facettes, cinquante nuances de roman-photo, un duel, un mort qui ressuscite et gageons que vous aurez très envie, si vous aimez rire, après avoir vu la bande annonce ci-dessous, d’aller découvrir ce formidable spectacle plein de drôlerie, de rythme et de pétulance.

Ne le ratez sous aucun prétexte. Notez dans votre agenda qu’il sera rejoué au théâtre de la Parcheminerie, en centre-ville de Rennes, le dimanche 30 juin à 17 heures et que Tintamarre le redonnera en septembre, deux soirs de suite, à la Maison de quartier de Villejean le samedi 5 octobre à
20 H 30 et le dimanche 6 octobre à 15 H 00. Olé ! 

Joe Krapov






1.Posté par Joe Krapov le 28/06/2019 18:52
Les dates précises des représentations de cette pièce à la Maison de quartier de Villejean sont désormais connues : ce sera le samedi 5 octobre à 20 H 30 et le dimanche 6 octobre à 15 H 00.

Nouveau commentaire :



Le papy des boxeurs : "Sur le ring, ils existent !"

Sarah, émerveillée face à l’engagement solidaire des étudiants

Lahcen bâtit une société "Mosaïque"

Emmanuelle invite les femmes à sortir

Shadi Morshed, propose une calligraphie contemporaine

Sarah entrouvre les portes de l’université

Mathieu : "Casser les cloisons pour mieux vivre ensemble !"

Sur Breizh Femmes

Avec trois Villejeannaises, Magguy, Monique et Isabelle

Fatima danse le Monde, la Vie

Balade avec Luc Thiébaut, d'une rive à l'autre de la Méditerranée

Ahmed, le président d'Avicenne, a changé l'image de la "mosquée"

Un jour, le médecin généraliste transmit enfin ses combats

Bernadette invite les enfants à se respecter

Jean-Julien L'Azou, un rêveur, les pieds sur terre

Pour Béatrice, être caissière, "c'est bonheur"