Menu

Épiphane Hanyurwimana, agent de médiation sociale


20 Février 2020

Depuis 2012, Épiphane Hanyurwimana, rwandais d’origine, est médiateur social auprès du bailleur social Espacil Habitat, chargé à Villejean de la prévention, de la médiation et du maintien du lien social dans les logements.


epiphane.mp3 Epiphane.mp3  (2.66 Mo)


On le croise parfois sur la dalle, souvent dans les rues du Nivernais ou du Bourbonnais. Inlassablement, Épiphane Hanyurwimana, 58 ans, rend visite aux locataires, s’attarde sur le trottoir pour prendre des nouvelles, veille au bien-être dans les résidences. Et il a fort à faire. Il y a, parmi les trois mille locataires du parc locatif du bailleur des représentants de quasiment toute la planète ! :
« Il faut composer avec la barrière de la langue, confie Épiphane, avec les différences culturelles et les modes de vie de chacun. »
C’est lui qu’on appelle en cas de conflit ou de mésentente entre voisins :
« Bien souvent, les tensions surgissent uniquement par méconnaissance de l’autre. Je me souviens de ce locataire qui se plaignait des odeurs de son voisin de palier au moment du repas. Piment, épices, poisson fumé… Je suis parvenu à organiser une petite visite dans la cuisine pour que les deux discutent et échangent sur leurs menus, leurs habitudes alimentaires. Cela a suffi pour que la tension retombe. »
Le métier d’Épiphane, c’est beaucoup d’écoute, de pédagogie, parfois, de rappel au règlement et à la loi, aux règles de savoir-vivre, à la tolérance :
« Ensemble, on essaie de rechercher des solutions pour créer un climat paisible et favoriser le vivre ensemble. Et la plupart du temps, on y arrive ! »

Épiphane Hanyurwimana, agent de médiation sociale
La médiation, d'abord une expérience humaine 

Épiphane veille aussi à la sécurité dans le logement, au respect des lieux et des espaces communs. Au besoin, il prévient l’agence pour effectuer d’éventuels travaux de réfection ou d’entretien. Il connaît les multiples ressources et compétences qui existent sur le quartier et n’hésite pas à solliciter un collègue travailleur social :
« Je fais aussi l’accompagnement social lorsque les locataires se trouvent en difficulté. J’informe, j’oriente, je signale une situation de précarité, un besoin d’accompagnement psychologique. »
Son leitmotiv, c’est d’être toujours visible dans le quartier et de savoir se rendre très disponible dès qu’il y a besoin. Un trait d’union avec les partenaires, le centre social, la direction de quartier, la médiathèque…
« Pour faire ce métier, assure-t-il, il faut aimer les relations humaines, comprendre, être tolérant. Il faut accepter de ne pas voir immédiatement le résultat de son action. Il faut aussi des connaissances juridiques car bien souvent, le rappel à la loi suffit. On entre dans les domiciles et on est confronté au conflit, aux tensions, parfois à la violence, à la grande pauvreté. Il faut connaître les limites de son intervention et savoir mettre de la distance sinon, on plonge soi-même. La médiation, on n’y parvient pas grâce à une formation C’est avant tout une expérience humaine. »

Photo Espacil Habitat
Photo Espacil Habitat
Accueilli comme réfugié politique

Épiphane est titulaire d’une maîtrise en droit, un diplôme qu’il a passé dans son pays, le Rwanda. Après avoir travaillé quelque temps comme fonctionnaire de l’État, il fuit son pays en 1994. La France l’accueille comme réfugié politique. Terrifié par le conflit que vient de traverser son pays, il erre, perdu et déboussolé :
« Je suis arrivé en France en octobre 1997 et à Rennes en janvier 1998. J’avais 37 ans. Que faire ? Tout était à recommencer. Me loger, trouver un travail, rencontrer des amis… Ma maîtrise en droit n’avait pas d’équivalence en France. »
Pas à pas, il tisse de nouveaux liens, se forge un nouvel espoir. L’université de Rennes 2 l’accueille. Il s’accroche et y passe avec succès une maîtrise en gestion des ressources humaines. En 2007, il est embauché par l’association Optima et devient responsable d’un secteur de la région rennaise. Il se passionne pour ce nouveau métier au sein de cette association qui anime le lien social de proximité grâce à des interventions de médiation sociale dans les écoles ou les quartiers. L’organisme défend une nouvelle forme d’éducation populaire pour que les usagers de l’espace public se réapproprient durablement le bien vivre ensemble.
« J’ai découvert la ville, ses quartiers du Blosne, de Maurepas, de Villejean. Je me suis écarté de mon premier métier de juriste pour finalement me retrouver dans ce que j’apprécie par-dessus tout, les relations humaines. »

"La France, ma seconde patrie !"

En 2012, il quitte Optima et est embauché comme médiateur social pour le bailleur social Espacil Habitat sur le quartier de Villejean :
« C’est un quartier que j’ai appris à aimer et que j’aime, un quartier vivant, dynamique, bien pourvu en équipements, où il fait bon vivre. Un quartier multiculturel, intergénérationnel. Tous les gens que je croise et que je rencontre dans le cadre de mon travail, sont heureux de vivre ici. Ils aiment Villejean. »
Naturalisé français depuis plusieurs années, Épiphane qualifie la France de seconde patrie :
« Je suis très reconnaissant à la France qui m’a accueilli comme réfugié politique. Ma vie est ici aujourd’hui avec mes trois enfants. Je n’ai pas pour autant oublié mon pays d’origine. Régulièrement, avec des compatriotes, nous nous réunissons pour échanger nos informations et nos réflexions, pour maintenir des liens avec notre pays grâce à internet. Il n’est pas question encore pour moi de retourner dans mon pays mais mon souhait le plus cher est que le Rwanda devienne un pays démocratique. Mais tout le travail de réconciliation est encore à faire… » 

Texte et photos : Tugdual Ruellan. 




Nouveau commentaire :