Menu
Mercredi 3 Juin 2020

Collège Rosa Parks : « indispensables », les deux postes de conseillers principaux d'éducation


Quand le rectorat annonce la suppression d'un demi poste de conseiller principal d'éducation (CPE) les professeurs, agents techniques et représentants des parents d’élèves, unanimes défendent le maintien de deux postes jugés « indispensables ».


rosa_parks.mp3 Rosa Parks.mp3  (1.2 Mo)


Le 23 novembre 2018, lors d'une manifestation,  parents et enseignants du collège  Rosa Parks s'inquiétaient déjà des problèmes à venir suite à la décision de fusion des deux sites Malifeu et Montbarrot
Le 23 novembre 2018, lors d'une manifestation, parents et enseignants du collège Rosa Parks s'inquiétaient déjà des problèmes à venir suite à la décision de fusion des deux sites Malifeu et Montbarrot
La décision de supprimer un demi-poste de CPE a été connue le 6 mars, juste avant le confinement.   Lors de la réunion du Conseil d'administration du collège, le 11 mai, une motion contre cette décision a été votée à la quasi unanimité des membres (3 abstentions).
Lors de la fermeture du site de Malifeu, décidée en 2018, les services académiques avaient pourtant répondu à quelques unes des attentes portées par les habitants, parents et professeurs mobilisés. Ils ont concédé pour la rentrée 2019, une Vie Scolaire renforcée en postes d'ASEN (surveillants) et aussi le maintien du second poste de CPE. En janvier 2019, le Directeur Académique avait confirmé que ce deuxième poste ne serait pas remis en question.
 « L’effectif annoncé l’été dernier pour notre établissement classé en REP, bien qu’il corresponde à des critères de REP+, était d’un peu plus de 500 élèves. Pourtant, ce sont bien 550 élèves qui sont désormais regroupés sur le site restant (Montbarrot), sans extension de la surface au sol ».  précisent les parents et personnels dans une pétition. en ligne dès le 24 mars.
« Face à un contexte social où la sécurité des jeunes et leur accès à une égalité des chances sont menacés, la réponse ne peut être la suppression d’un poste de CPE ». Ils citent une étude publiée en 2017 par l’APRAS (Association pour la Promotion d'Action et Animation Sociale) : « elle positionne le secteur  très densément peuplé de la Dalle Kennedy, où vivent de nombreux élèves du collège, en première place rennaise pour la vulnérabilité des mineurs (deux jeunes concernés sur trois parmi les 11-17 ans) ».
Le 15 mai, les parents d'élèves  ont, par ailleurs,  écrit au rectorat et à la direction académique pour demander le maintien des deux postes .

Pour aller plus loin :  

voir notre enquête publiée en avril 2019

 





Nouveau commentaire :



Driss Farah a créé So’ali, une épicerie solidaire

Épiphane Hanyurwimana, agent de médiation sociale

Marc Loyon photographie le quartier de son enfance

Le papy des boxeurs : "Sur le ring, ils existent !"

Sarah, émerveillée face à l’engagement solidaire des étudiants

Fred aux jeunes du quartier : « Allez venez courir avec moi »

Lahcen bâtit une société "Mosaïque"

Emmanuelle invite les femmes à sortir

Shadi Morshed, propose une calligraphie contemporaine

Sarah entrouvre les portes de l’université







Sur histoiresordinaires.fr, d'autres informations sur les quartiers

Avec Marc Depasse, un pied de nez à l’obsolescence programmée !

Fatima danse le Monde, la Vie

Balade avec Luc Thiébaut, d'une rive à l'autre de la Méditerranée

Ahmed, le président d'Avicenne, a changé l'image de la "mosquée"

Un jour, le médecin généraliste transmit enfin ses combats

Bernadette invite les enfants à se respecter

Jean-Julien L'Azou, un rêveur, les pieds sur terre

Pour Béatrice, être caissière, "c'est bonheur"

Mathieu : "Casser les cloisons pour mieux vivre ensemble !"

Sur Breizh Femmes

Avec trois Villejeannaises, Magguy, Monique et Isabelle