Vu, lu, entendu... Palestine

24 heures à Jerusalem


17/04/2014




Un programme hors du commun sur Arte : 24 heures à Jérusalem à travers les yeux de 90 personnes pour rendre compte de la mosaïque qu'est cette ville au coeur de trois religions: Enjeu politique aussi entre Israël qui la présente comme sa "capitale une et indivisible", en contradiction avec le droit international, et les Palestiniens qui veulent faire de Jerusalem-est, occupée par l'Etat hébreu en 1967, la capitale de leur Etat, si celui-ci naît enfin un jour, tant ce objectif s'éloigne un peu plus chaque jour, notamment en raison du fait accompli de la colonisation autour de la ville sainte. 
 

 http://www.dailymotion.com/video/x1k9t9z_24-h-jerusalem-trailer-programmes_tv

 

Au-delà de la prouesse technique, l'ensemble a été conçu comme un évènement bimedia: le documentaire pourra être synchronisé avec un second écran pour visionner des contenus complémentaires en se connectant sur le site Arte.tv/24hjerusalem


Les contenus resteront accessibles pendant deux mois.

 

 






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Septembre 2013 - 18:22 Palestine : l'espoir d'Oslo vingt ans après







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Hollanderie

Ça, c'est une vraie hollanderie, dira-t-on un jour. Le terme, expliquera Wikipedia, s'apparente à autodestruction. C'est détruire l'instrument de son pouvoir. Il fait référence au politicien François Hollande, Président de la République (2012-2017), resté dans l'Histoire pour avoir détruit le Parti Socialiste durant son mandat. Onze ans chef du PS (1997-2008) – un record – il incarne aussi l'opération collective de laminage qui a précédé : en économie, la justice sociale sacrifiée à la gestion du libéralisme ; en politique, la bataille démocratique des idées verrouillée au profit de la course aux places. En 2012, sitôt élu Président, il a trahi logiquement ses promesses sociales et appelé près de lui un jeune conseiller libéral, Emmanuel Macron. Lequel, intelligent et ambitieux, l'a lui-même trahi et conquis les bébés PS, jeunes ou déjà vieux, prompts à sentir le vent tourner. Les purs socialistes ont alors entrepris de construire un programme social et écologiste mais il a fallu attendre dix ans, lira-t-on sur Wikipedia, pour que la gauche revienne au pouvoir en battant aux élections de 2027 la droite dure FN-LR et le parti centriste LRM épuisé d'illusions perdues. 

Michel Rouger

21/06/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"