Vu, lu, entendu... Palestine

Découvrir les Palestiniens avec la cinéaste Hiam Abbass


13/12/2012




Découvrir les Palestiniens avec la cinéaste Hiam Abbass
Il faut aller voir Héritage, le dernier film de Hiam Abbass. Palestinienne d'Israël, l'actrice et réalisatrice, qui vit en France depuis des années, nous aide, par ce film, à comprendre la complexité de cette société dite "arabe israélienne", à savoir ces Palestiniens qui ont eu la chance de rester sur leurs terres lors de la création de l'Etat d'Israël, en 1948. Malheureusement, ces Palestiniens Israéliens restent toujours, plus de 60 ans après la fondation de l'Etat hébreu, des citoyens de seconde zone, toujours suspects, dans ce pays. 

Si vous n'avez pas le temps d'aller voir le film - ou s'il n'est pas présenté là où vous vivez -, écoutez l'émission sur France Inter, du mercredi soir 12 décembre, de Kathleen Evin, "l'humeur vagabonde".

Découvrir les Palestiniens avec la cinéaste Hiam Abbass

Dans la pièce « Phèdre les oiseaux » avec des compagnons d'Emmaüs

Journaliste à l'Agence France Presse, Clarisse Lucas, qui collabore à Histoires Ordinaires, avait eu l'occasion de rencontrer Hiam Abbass au printemps dernier à Lorient, où elle était en création pour « Phèdre les oiseaux » une pièce qui tourne actuellement dans toute la France et à l'étranger, avec des comédiens choisis, pour l'essentiel, parmi les communautés d'Emmaüs. Lire ici l'article de l'AFP repris par Le Point.


Tags : Société



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Avril 2014 - 21:01 24 heures à Jerusalem

Jeudi 19 Septembre 2013 - 18:22 Palestine : l'espoir d'Oslo vingt ans après







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Cette peur si belle

Incroyable, déroutant, quasiment pas normal  : seulement 13 % des Néerlandais ont voté mardi pour le parti d'extrême-droite de Geert Wilders. Depuis des mois pourtant, sa victoire était prévue, annoncée, actée par les radios, les journaux, la télé. Que s'est-il donc passé ? Rien. Si la montée du populisme en Europe est indéniable, si Trump est président et le Brexit en marche, la presse aime bien aussi se raconter et nous raconter des histoires, caresser cette peur exquise de l'extrême-droite, lourde de menaces pour demain mais si profitable aujourd'hui. En réalité, la grande majorité des Néerlandais a sanctionné l'austérité de la droite et des socio-démocrates sans se tromper de combat, sans se polariser sur l'Islam et les immigrés comme le veut un Wilders dont la tignasse est omniprésente dans la presse. Les grands gagnants de mardi sont en fait les Verts de GroenLinks : vous connaissez le visage de Jesse Klaver, leur leader ? 

Michel Rouger

16/03/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"