Laissez le bon temps rouler




Les habitants de Redon (Bretagne) et d'Arnaudville (Louisiane) construisent un futur commun

Images de deux des quatre photographes : Myriam Jegat (en h.) et Franck McMains
Images de deux des quatre photographes : Myriam Jegat (en h.) et Franck McMains
D’octobre 2014 à octobre 2016,  huit écrivains et huit artistes visuels de Louisiane et de Bretagne, autant de part et d'autre, sont invités à s'inspirer du travail de quatre photographes dont la Bretonne Myriam Jegat. Le thème qui les réunit est celui du développement durable (écologie, économie, politique et culture). L'opération, intitulée Degrees of  séparation, est sponsorisée par la galerie Ann Connelly Fine Art avec le soutien du Consulat français de la Nouvelle Orléans et en partenariat avec NUNU arts and Culture Collective en Louisiane et Les Articulteurs de Redon que l'on peut retrouver sur notre blog Bretagne-Louisiane. 

Voir aussi sur le site d'Histoires Ordinaires le portrait de Patrice Melnick, qui fait partie des écrivains engagés dans l'opération.
Jeudi 30 Octobre 2014
Après Alexandre, de Bretagne ; Maguy du Maryland, nous poursuivons la rencontre avec certains des jeunes volontaires venus à Arnaudville au printemps 2014 : ici, le témoignage de Mireille, venue du Québec.
Vendredi 4 Juillet 2014
Après Alexandre, de Brest, voici une autre jeune volontaire rencontrée à Nunu's durant la Semaine Française d'avril 2014 : Maguy, qui est originaire du Maryland. 
Jeudi 26 Juin 2014

Une terre inconnue qu'elle cherche à découvrir


Fabienne Mabon nous parle de la Louisiane, des étoiles plein les yeux
Fabienne Mabon nous parle de la Louisiane, des étoiles plein les yeux
Fabienne Mabon, permanente du Groupement culturel breton dans le pays de Redon, s'intéresse aux événements liant les deux continents. Depuis trois ans, c'est elle qui orchestre les différentes rencontres entre peintres, musiciens et autres artistes... Rencontre.
Jeudi 19 Juin 2014

« C'est comme Obélix, je suis tombé dans la potion tout petit ! »


Alvaro, artiste peintre vénézuélien : la peinture au-delà des frontières...
Alvaro, artiste peintre vénézuélien : la peinture au-delà des frontières...
Alvaro, artiste-peintre d'origine vénézuélienne, installé dans le pays de Redon, nous raconte son histoire. Il attend impatiemment de se rendre en Louisiane pour retrouver ses amis.
Jeudi 5 Juin 2014
La Semaine Française organisée à Arnaudville en avril 2014 n'a pas seulement réuni des Bretons de Redon et des Louisianais. Il y avait là aussi des jeunes volontaires venus d'autres contrées des États-Unis, du Québec, de France, dans le cadre de workaway. En préparant les lieux dans les semaines précédentes, ils ont largement contribué à la réussite de la Semaine Française. Surtout, Nunu's a constitué une étape importante dans leur démarche où se mêlent rencontres et découvertes. 

Aujourd'hui, premier témoignage : Alexandre, de Brest. La semaine prochaine : Maguy, du Maryland.
Jeudi 29 Mai 2014
C'est un village cajun, loin de tout. Comment pourrait-on croire que dans ces vieux bâtiment de bois, au bord du bayou Courtableau, il y a une vie artistique intense qui se vit autour du pot-luck, sorte de pique-nique où chacun apporte un plat et le partage ? On y expose, on y crée de la musique et on y danse, en français cajun. C'est NuNu's, l'association de développement créée par l'artiste George Marks.

Avec Mavis, l'initiatrice des Tables Françaises, Rita s'active. Rita, c'est la mère de George. Quand on est dans les bâtiments de NuNu's (Nunu était le petit nom du père de George), on la croise partout : à la cuisine où elle prépare le poisson aux tomates, à la réserve, en grande discussion avec les jeunes volontaires ou dans la grande salle, l'oreille attentive aux échanges avec les français de Redon en Bretagne.

« Quand je serais grande, mon français reviendra back » s'était promis Rita, la petite créole de Cecilia, le village voisin, ce français qui lui a valu d'être fouettée. Aujourd'hui, elle a sa revanche : son français, qu'il soit créole ou cajun, peu importe, il est à elle et elle en est fière. C'est aussi le français du Monde qui vient à elle.

Avec ses mots, elle explique la naissance de NuNu au bord du bayou, cette femme qui a su faire du pot-luck culinaire un pot-luck social.

Marie-Anne Divet
Vendredi 23 Mai 2014
Marco Félez, des corons au pays de Redon
On ne sait pas toujours jusqu’où une rencontre peut changer une vie. Marco Félez lui se rappelle de cet artiste rencontré à 15 ans : « Il mettait des barres dans la rue pour que les gens ne marchent pas droit. » Le déclic. De l’insoumission à la mobilisation populaire à Redon, parcours d'un développeur. 

Marco Félez est né il y a cinquante-sept ans dans les corons des mines du Nord. Il est tombé tout petit dans le militantisme des mineurs, leur dureté à la tâche, leur solidarité, le mélange des cultures, les convictions chevillées au corps qui ne demandent qu’à exploser devant l’injustice.
Mercredi 9 Avril 2014
George Marks de passage à Redon au printemps 2014
George Marks de passage à Redon au printemps 2014
George Marks est un artiste américain de 44 ans. Il vit en Louisiane, à Arnaudville. Fondateur d'un collectif nommé NUNU, il promeut la célébration des différences, par la culture et les rencontres. Il en sort un modèle économique qui vient « d'en bas », dans une Louisiane aux racines françaises encore bien présentes.

George est un artiste. Un artiste visuel, comme il le précise. Visuel pour qui le regarde, ses actions accompagnent ses paroles. Il est un manuel : ses mains se joignent, s'étirent, se tordent pour former des contacts parfois incongrus, inhabituels. George est ainsi, il ne remet rien à demain mais bien tout à deux mains, à deux personnes, à trois, à des communautés, au monde entier. George met en relation sans demander de patienter : il y va, accompagné, jamais seul. Parce qu'à plusieurs, on est stronger, on est plus fort.
Mercredi 9 Avril 2014

Un blog


Un même combat
Michel Rouger
‟Laissez le bon temps rouler”, dit l'adage cajun. Il roule pour les habitants d'Arnaudville, en Louisiane, et de Redon, en Bretagne, qui, depuis 2011, maçonnent ensemble un avenir fondé sur la culture. Des rives de la Vilaine, où le chant, la musique, le conte… nourrissent l'économie depuis 2004, à celles du bayou Tèche, où l'identité francophone se réveille et ouvre l'horizon, se déroule un même combat pour l'espoir. Ce blog ambitionne de le raconter de l'intérieur, avec les habitants eux-mêmes.

La rédaction d'Histoires Ordinaires

Diaporama : la rencontre d'avril 2013

Vidéo


Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile