Nishimiya est une élève douce et attentionnée. Chaque jour, Ishida se moque d’elle et de sa surdité, jusqu’à détruire les appareils auditifs de la jeune fille avec la complicité des autres élèves de la classe. Dénoncé pour son comportement, il est à son tour mis à l’écart. Des années plus tard, au bout d'un long apprentissage personnel, il comprend et part à la recherche de Nishimiya.

Avant d’être un film d’animation, Silent Voice est un manga à succès, écrit par la jeune mangaka Yoshitoki Ōima.  Le film aura mis du temps à sortir sur les écrans français : surdité et harcèlement scolaire sont deux thèmes difficilement vendables sur le marché français. Cela a été possible grâce à Art House Film, une jeune société de distribution et une campagne de financement participatif.  

Le film est sorti sur les écrans depuis le mercredi 22 août.
le Jeudi 13 Septembre 2018 à 16:25
Avant le 15 septembre, envoyez donc au site Faire Face de l'Association des Paralysés de France, tout ce que vous connaissez en matière d'innovations pédagogiques, d'expérimentations intéressantes dans le domaine éducatif, des adresses où il se passe quelque chose pour tous les enfants y compris ceux qui sont en situation de handicap.

Cessons dit l'équipe de Faire Face de parler des compétences en recul des élèves, de la réussite en berne pour les élèves des classes défavorisées, des enseignants découragés...

"Mais pourquoi ne pas aussi se pencher sur les méthodes qui fonctionnent, les expériences réussies ? Comment s’inspirer des contextes qui favorisent une meilleure réussite pour tous ? C’est la proposition du think tank (laboratoire d’idées) Vers le Haut. Dédié aux jeunes, aux familles et à l’éducation, il a été lancé il y a trois ans par sept associations et entreprises engagées en faveur de la jeunesse (SOS Villages d’enfants, Bayard Presse…). Il vise à influencer les décideurs et acteurs de l’éducation et de la jeunesse avec des propositions constructives."

A vos ordinateurs pour communiquer vos trouvailles
Envoi des bonnes pratiques et contacts avant le 15 septembre à contact@verslehaut.org
le Mercredi 29 Août 2018 à 12:39
" Marcher avec ses bras, c'est pas du cinéma. Il y a même quelques petits magiciens qui parlent avec leur main, qui voient du bout des doigts. Si vous passez par là, on vous montre tout ça " chantent les jeunes en situation de handicap de l'IME La Clarté de Redon en Ille et Vilaine. 

Avec l'équipe pédagogique et des professionnels comme le musicien Didier Cornu, chargé de composer la musique, ils ont écrit la chanson et tourné ce clip pour raconter leur quotidien, sans détour ni tabou. « Nous sommes des jeunes en situation de handicap moteur de 6 à 20 ans, et nous menons cette année un grand projet qui nous tient à cœur et nous motive tous. Il a pris la forme d'une chanson signée en « Makaton », un programme de langage qui s'adapte aux personnes présentant des troubles de la communication et qui associe la parole, les signes et les pictogrammes ».

Pour en savoir plus sur le Makaton : http://www.makaton.fr/
Pour partager la vie de l'IME : http://ime-laclarte.fr/
le Jeudi 5 Juillet 2018 à 18:24
" Non, ils ne voient pas le ballon ni le but, mais ils sont capables de marquer des buts aussi spectaculaires que ceux signés par les vedettes du football. Le niveau des joueurs de la Ligue nationale de football pour aveugles est tellement élevé que l’on en oublierait qu’ils sont aveugles."

La phrase est tirée d'un excellent article de Equal Times. En cette période chargée de Coupe du Monde, il est bon d'entendre les voix des footballeurs espagnols de la sélection de foot pour aveugle, appelé aussi cécifoot. « Pour moi, le football est synonyme de liberté maximale » dit José Luis Giera, un des buteurs de l’équipe d’Alicante « Je ne vois pas le terrain, mais je m’en construis une image mentale et grâce à mon sens de l’orientation en tant que personne aveugle ainsi que l’aide des guides, je suis capable de penser au tir que je veux faire et comment je veux jouer »

Article à lire sur Equal Times, cliquez ici
Pour en savoir plus sur le cécifoot, cliquez sur HandiSport
L'équipe de France de cécifoot
le Jeudi 21 Juin 2018 à 19:38

Le samedi 9 juin 2018, vous êtes invités par des personnes porteuses de handicap à passer une soirée festive et conviviale, pour faire des rencontres hors du commun ! Au programme : Apéro, musiques, spectacles, témoignages, films…
Les personnes handicapées révèleront leurs talents !

La nuit du handicap c’est : une soirée pour découvrir les personnes handicapées dans toute leur splendeur., une soirée pas comme les autres, à partager en famille ou entre amis, parce qu’on a tous des fragilités, et on a tous des talents et des forces aussi !

Pour en savoir plus si votre lieu de vie organise des festivités, cliquez ici 

 

le Jeudi 31 Mai 2018 à 16:48
Souvent on est pris au dépourvu et on ne sait comment faire, face à une personne en situation de handicap. Cette vidéo est paru sur la chaîne Would you react et nous renvoie un miroir de nous-mêmes et de nos réactions.

Elle fait partie d'un ensemble proposé par Yves-Pascal Mukadi et Jonathan Lambinet, deux jeunes Bruxellois. L’objectif est de sensibiliser le grand public à des situations quotidiennes parfois très graves. Le principe de la chaîne ? Simuler des situations pour faire réagir des piétons filmés en caméra cachée. Ces expériences sociales sont bouleversantes, nous font ouvrir les yeux sur certains de nos comportements passifs et nous donnent des éléments pour apprendre à réagir autrement.

Pour en savoir plus, lire sur RTBF https://www.rtbf.be/info/medias/detail_qui-se-cache-derriere-would-you-react-la-chaine-youtube-qui-montre-les-reactions-des-gens-face-a-des-situations-inacceptables?id=9685353
le Vendredi 11 Mai 2018 à 09:32
Dans cette vidéo, vous découvrez  le récit des parents rencontrés par le RSVA dans le cadre de son travail sur la parentalité des personnes en souffrance psychique.  Elle complète le guide "Être en situation de souffrance psychique" .

Il est le quatrième édité par le Réseau de Services pour une Vie Autonome Normandie ( RSVA ) pour l'accompagnement de la parentalité. Ces guides s’adressent à tout couple en situation de handicap souhaitant mûrir un projet de parentalité, concrétiser son désir d’enfant ou se préparer à l’accueillir sous les meilleurs auspices. Afin d’être le plus juste et le plus exhaustif possible, le RSVA s’est appuyé sur l’expertise de professionnels de la famille ou de la petite enfance, mais aussi et surtout sur le vécu de parents.

Handicap auditif, visuel, moteur ou psychique, chacun des quatre guides débute par le témoignage de familles normandes. Elles retracent leurs parcours respectifs dans des récits chargés de franchise et d’émotion. Difficultés, joies et souvenirs permettront d’amorcer les thématiques abordées dans les guides à travers l’histoire de chacun d’entre eux.

Les parties à suivre constituent d’une part un condensé d’informations pour un couple se préparant à vivre une grossesse et accueillir son enfant. Elles fournissent d’autre part de nombreux conseils, adresses et contacts utiles à de futurs parents...
le Jeudi 26 Avril 2018 à 23:30
2018_04_12_maternite_parentalite_deficience_visuelle_colloque_en_mai.mp3 2018 04 12 Maternité parentalité déficience visuelle colloque en mai.mp3  (4.55 Mo)

Ce colloque aura lieu à Paris au CISP – 6, avenue Maurice Ravel dans  le XIIème arrondissement les 16 et 17 mai 2018. Il est co-organisé par l'organisme de formation ANTHEA, Drina Candilis  et  Edith Thoueille, co-fondatrices du SAPPH (Service d'accompagnement à la parentalité des personnes handicapées) et Régine Ganot du CRDV de Clermont Ferrand (Centre de Rééducation pour Déficients Visuels).

Depuis 2005, la législation sur la situation des personnes en situation de handicap a beaucoup évolué, cependant l’association des termes handicap et parentalité renvoie dans la grande majorité des cas au fait d’être parent d’un enfant handicapé. Or, près de 10% des personnes en âge de procréer sont en situation de handicap et l’impact des déficiences sur la parentalité est peu ou pas pris en compte dans les politiques publiques de compensation du handicap afin de leur garantir une égalité de traitement avec le reste de la population en matière de choix familiaux et de parentalité.
Les personnes en situation de handicap sont elles-mêmes prises dans un courant de grandes transformations dans leur projet de vie et l’accès à la parentalité de façon autonome ne se pose plus comme un droit à l’enfant mais un droit à exercer sa parentalité au même titre que tout un chacun.

C’est sur la base d’une expérience de trente années de guidance auprès de familles déficientes visuelles que le colloque analysera les spécificités de cette situation particulière. Les registres de la relation mère-bébé sont multiples mais il existe très peu de publications lorsque la dimension du regard manque.

Comment le parent en situation de handicap visuel adapte-t-il son handicap aux soins à donner à l’enfant, comment l’enfant de son côté s’adapte-t-il aux handicaps de ses parents ? Ce colloque interdisciplinaire se propose de dresser un état des lieux mais aussi de confronter chercheurs en sciences humaines et les acteurs de terrain sur les pratiques innovantes et adaptées qui ont pu se mettre en place en France et en Europe à ce sujet.

Programme du colloque : http://www.anthea.fr/colloques
Contact pour l'inscription : contact@anthea.fr ( Inscription formation continue : 240 €  Inscription individuelle : 200 € ) 
Secrétariat du colloque : ANTHEA - Ilot de l’Horloge – 1 Rue Dou Fabriguié – 83300 Draguignan - Tél 04 94 68 98 48 – 
le Jeudi 12 Avril 2018 à 19:14
La semaine de la santé mentale avait pour thème cette année la parentalité et le handicap.
Diffusé à de multiples reprises, le film de Noémie Lvosky aborde la difficile question du rapport entre l'enfant et son parent fragilisé par la maladie mentale.

Dans " Demain et tous les autres jours ", comme elle l'avait fait dans " Camille redouble " Noémie Lvosky écrit, réalise et joue le rôle d'une mère qui perd la tête. 

« Je ne suis pas une bonne mère », dit-elle à la psychologue scolaire. Elle n'est pas là le soir quand Mathilde, sa fille de 9 ans, rentre de l'école. Elle essaie des robes de mariée et se promène avec une traîne blanche. Elle monte dans un train, au hasard, le soir de Noël ou embarque la valise pour déménager.

Pour protéger cette mère si fragile, Mathilde se débrouille, prépare les repas, ment à son à son entourage.

Ce conte fantastique est dédié à Geneviève Lvovsky, la mère de la réalisatrice, fragile elle aussi après ses séjours en hôpital psychiatrique et qui a quitté la maison alors que Noémie avait 9 ans.
le Jeudi 29 Mars 2018 à 17:54
Pour sensibiliser la société sur les idées reçues auxquelles font face au quotidien les personnes en situation de handicap et leurs proches,  l'Association des Paralysés de France lance la série de vidéos #LaPhraseDeTrop.

Chaque "phrase de trop" présentée dans la vidéo ci-dessus, est issue d'une situation vécue par une personne en situation de handicap ou par un proche. Plus de trois cent phrases ont ainsi été rapportées lors d'un appel à contribution lancé sur les réseaux sociaux. Si toutes n'ont pas été prononcées par méchanceté, elles n'en sont pas moins blessantes et stigmatisantes pour ceux et celles qui les entendent au quotidien.

Tout en travaillant à faire changer le regard porté par la société sur le handicap, l'APF  souhaite libérer la parole des personnes handicapées et leurs proches : l'association invite chaque personne, ayant vécu une situation similaire, à s'exprimer sur les réseaux sociaux en utilisant le hashtag #LaPhraseDetrop.
le Jeudi 22 Février 2018 à 18:38
" Quand ma fille porteuse de trisomie 21 est née,  explique Alexia Quercy, l'auteure, cela a été une bombe d'amour. Une épreuve aussi mais vécue au jour le jour dans une immense joie.
Puis on m'a donné la chance pendant un an en tant qu'assistante de vie scolaire, de m'occuper d'un petit garçon de 4 ans en moyenne section atteint de la même différence. J'ai accepté cette précieuse mission avec joie, pensant tirer un enseignement sur la manière dont ce petit garçon pouvait évoluer à l'école. Cette expérience a conforté ce projet d'écriture.
Entre temps, Flore a grandi. Elle a une telle personnalité qu'elle a fini par m'inspirer.
Ce livre est devenu une évidence. Je devais l'écrire : ma fille m'a lancé ce défi et la vie aussi : j'avais quelque chose à dire. Elle est la substance de ces histoires, elle m'a soufflé les mots et le ton de ces récits.
La collection Florette Coquinette est née ! Elle deviendra l'amie de tous les petits enfants. Grâce à Florette, le message de l'accueil de l'enfant différent rentrera partout à l'école, en famille, dans les crèches."

En mars 2018, " Florette Coquinette rentre à l'école " sera dans les librairies ou à commander sur le site www.florette-coquinette.com

Outil pour les éducateurs qui accueillent à l'école, au centre de loisirs ou à la piscine un enfant différent,  livre pour les enfants porteurs de trisomie et leur famille - à la fin de l'album des pistes de réflexion sont proposées - Florette Coquinette s'adresse à nous tous et toutes. Comme l'écrit l'auteure : " La différence des petits êtres n'est pas une faiblesse mais une chance pour tous, si on sait regarder avec son cœur. "
le Jeudi 22 Février 2018 à 16:59
De nombreux enfants grandissent avec un parent atteint d’une maladie mentale ou somatique, ou porteur d’un handicap. L'ouvrage se compose de trois parties : la première porte sur l’impact des pathologies psychiques telles que les troubles psychotiques et bipolaires, la deuxième aborde les maladies somatiques comme le cancer, alors que la troisième explore l’impact des handicaps moteurs et sensoriels et de la déficience mentale. L’ouvrage formule également des recommandations sur des actions préventives et de soutien destinées aux parents confrontés à une maladie ou handicap et à leurs familles.

Les auteurs de ce livre exercent depuis longtemps dans le domaine de la psychologie et de l'enfance. Jaqueline Wendland est Professeur de Psychologie Clinique et Psychopathologie de la périnatalité, de la parentalité et de la petite enfance à l’Université Paris Descartes. Elle est psychologue clinicienne depuis près de 20 ans à l’Unité Petite Enfance et Parentalité du Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris.
Émilie Boujut est Maître de Conférences en psychologie à l’Université Cergy-Pontoise. Thomas Saïas est Professeur de psychologie communautaire à l’Université du Québec à Montréal et directeur de l’Agence des Nouvelles Interventions Sociales et de Santé. 
le Vendredi 9 Février 2018 à 00:17
Initiée par l'AFM-Téléthon, la Croix-Rouge française, l’APF, l’AP-HP, l’UNAF et l’USSIF, la journée d'étude du 24 janvier dernier sur le thème « Devenir parent quand on est en situation de handicap" a été riche d'échanges entre les personnes en situation de handicap, leur entourage et les professionnels.

Les objectifs étaient clairs : il s'agissait de dresser un état des lieux, favoriser le dialogue entre les personnes concernées et réfléchir à des perspectives ouvertes sur l'avenir pour l'améliorer.

Les organisateurs ont fait appel à l'expérience et l'expertise des personnes en situation de handicap. Ils ont aussi pris appui sur les expériences existantes comme le service mobile d’aide à la parentalité (SMAP) de l’Yonne, le service d’aide à la parentalité des Papillons blancs de Roubaix, le centre Papillon de Bordeaux dédié à la parentalité comme à l’handiparentalité ou encore l’handipuériculthèque du Services d’accompagnement à la parentalité des personnes handicapées (Sapph) d’Alsace, qui permet d’essayer et de se faire prêter du matériel de puériculture adapté. 

Pour en savoir plus, lire l'article d'AFMTELETHON
L'article de Claudine Colozzi sur Faire Face

 
le Vendredi 2 Février 2018 à 10:41

Une journée gratuite d'étude sur l'accompagnement à la parentalité est organisée le 24 janvier à Evry par l'AFM-Téléthon, l'APF, l'APHP, la Croix Rouge Française, l'Ussif, le SAPPH et l'UNAF.

Les différents ateliers permettront aux  personnes concernées, à leur entourage et aux  professionnels d"échanger leur vécu et leurs expériences. Même si des initiatives variées ont vu le jour, tous les besoins ne sont pas couverts. La rencontre devrait permettre de bâtir des solutions concrètes et réalistes.
 
24 janvier 2018
9h00 - 17h00
Génocentre - 1 rue de l'Internationale
Evry 91000
le Jeudi 11 Janvier 2018 à 13:32
Les sourd l'appelle «Madame juridique».  Anne-Sarah Kertudo défend l’accès au droit pour tous. Elle a ouvert en 2002 une permanence juridique pour les sourds, une première en France.

Elle perd la vue il y a deux ans. Sa question : comment rester une mère à part entière ? Pour trouver les réponses à ses questions, elle part à la rencontre de parents aveugles qui élèvent en solo leurs enfants. Naïma, Julien, Frédéric et Mickaël parlent de leurs vies de famille monoparentales avec les défis qu'ils se lancent, les trucs et les astuces qu'ils inventent pour organiser leur quotidien.

Pour Naïma, par exemple, c'est évident « Il n’y a rien de plus facile que d’aimer un enfant, je ne peux pas tout faire, mais qui peut tout faire ? ». Elle ne veut pas d'un enfant-guide : « Elle
ne me lit pas mon courrier, j’ai quelqu’un pour ça, elle ne me dirige pas non plus dans la rue. » 


Mickaël et Frédéric racontent aussi leurs expériences avec la justice, le regard porté sur leur handicap par des avocats ou des juges convaincus qu'une personne aveugle ne peut pas élever un enfant seul. 

Depuis qu’elle a perdu la vue, Anne-Sarah Kertudo a changé de métier. Elle forme aujourd’hui, les professionnels de la justice, au handicap.

Vidéo à voir sur TV5 - A vous de voir https://www.france.tv/france-5/a-vous-de-voir/

Emission qui a lieu le premier lundi du mois à 10h15 Rediffusée dans la nuit du samedi à dimanche à 01h00. Ce rendez-vous a pour objectif de sensibiliser le grand public au quotidien des personnes malvoyantes et des aveugles, mais aussi de donner des informations et des conseils utiles pour une meilleure insertion, ainsi qu’un espace d’expression qui leur est dédié.

le Lundi 20 Novembre 2017 à 11:30