Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

Ushahidi, l'info des sans voix en temps réel


27/04/2012




Permettre à tous les citoyens, aux sans voix, de s'exprimer en temps réel lors de catastrophes, d'élections, ou bien pour des enquêtes : cet usage citoyen et populaire d'Internet a un nom, Ushahidi, « témoignage » en swahili. L'idée, en effet, vient d'Afrique.

Le logiciel libre a été créé en 2008 par une avocate kenyane, Ory Okolloh, pour faire remonter les informations sur les violences qui ont suivi cette année-là les élections au Kenya. Tout un chacun a pu transmettre ce qu'il voyait via SMS, e-mail ou web, les données collectées étant ensuite présentées sur une carte.

Depuis, Ushahidi a été utilisé sur tous les continents. Il s'est fait connaître notamment lors du tremblement de terre qui a frappé Haïti en 2010. Une ONG américaine y a recours pour tenter de faire connaître les violences sexuelles générées par le conflit en Syrie. En mai 2012, il va être utilisé pour les élections en Arménie... 










Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"