Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

« Le lobby breton », un livre - enquête de Clarisse Lucas.


17/06/2011




« Le lobby breton », un livre -  enquête de Clarisse Lucas.
Journaliste à l'Agence France Presse et collaboratrice d'Histoires Ordinaires, Clarisse Lucas publie le fruit d'un long travail d'enquête sur le lobby breton. L'ouvrage dévoile un vaste ensemble composé de capitaines d'industrie (Le Duff, Pinault, Bolloré, Yves Rocher...), d'hommes et de femmes d'influence, mais aussi de personnages aussi peu connus qu'étonnants.

La "Breizh connection" étend ses ramifications au coeur des administrations, y compris à Bruxelles. Un autre pan du lobby prend ses racines dans le monde de la culture et des arts. Un coup de projecteur est donné sur l'Institut de Locarn, lieu de rencontre assez consensuel pour discuter et s'écouter, un peu à la manière du Celib d'autrefois. « Mais pour aller où ?"» s'interroge Clarisse Lucas. La journaliste estime que les Bretons pourraient faire mieux...

Le lobby breton, Nouveau Monde Editions










Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"