Vu, Lu, Entendu...

Jean-Claude, mon chez moi sur le trottoir


15/09/2016



L'équipe de Sans A  veut « Rendre Visibles les Invisibles » pour « lutter contre les préjugés et les stéréotypes (...), changer le regard de tous sur les exclus et encourager l’action de chacun à son échelle. » Louise S. Vignaud (pour le texte) et Benjamin Girette (pour les photos) ont ainsi rencontré Jean-Claude qui vit dans la rue à Paris et nous font partager son histoire et sa vie dans un reportage qu'ils ont intitulé Jean-Claude, mon chez moi sur le trottoir.

« Avec une enfance digne des Misérables, dix ans de cabane et trente ans de rue,  commencent-ils, Jean-Claude n’a jamais pu jouir d’une véritable intimité. Bains-douches, toilettes publiques et amour en pleine rue, le grand-père du quartier Jaurès (XIXème arrondissement) à Paris a dû, comme beaucoup d’autres, s’adapter. Mais même sur le trottoir, on a besoin d’un coin à soi. Jean-Claude lui, n’a jamais bougé du sien et l’a même aménagé. Il est aujourd’hui une figure du quartier. Les riverains, il les a connus tout-petits et les a vus grandir. Et pour la majorité d’entre eux, Jean-Claude est ici chez lui. »...

 




Nouveau commentaire :







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Ensemble

Vivre ensemble. L'expression, banale, n'a jamais été aussi moderne. Comme la Fraternité de la devise républicaine. C'est une aspiration forte, une nécessité, à un moment où, face aux puissants repli sur soi et entre-soi, les partis politiques ne peuvent plus rassembler ; où le président nouvellement élu cherche à diviser, traitant cette fois de « fainéants » ou de « cyniques » les Français qui s'opposent à son capolibéralisme. Il y a urgence à ce que le pays travaille à redevenir un ensemble, contemporain, où les différences sont fécondes, où les dissonances sont joyeuses. C'est en cours et une fois de plus, ce sont des citoyens méconnus, dans des quartiers urbains ou des villages ruraux, qui donnent l'exemple. Ainsi les 400 habitants de Saint-Péran, en Bretagne, qui mettent en commun leurs opinions, leurs sensibilités, pour développer leurs biens communs. Il était naturel qu'Histoires Ordinaires leur consacre son premier webdocumentaire.

Michel Rouger 


13/09/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"