Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

Indignez-vous!


16/12/2010




Indignez-vous!

C'est un monsieur de 93 ans à l'oeïl malicieux qui nous appelle à l'engagement. Lui, l'enfant d'immigrés né à Berlin, résistant puis déporté pendant la Seconde guerre mondiale, s'indigne du démantèlement des conquêtes sociales de la Libération comme de l'état de la planète ou du "toujours plus". Il nous invite à nous indigner face à l'injustifiable. 


"Il nous appartient à tous ensemble que cette société demeure une société dont nous restions fiers: pas la société des sans papiers, pas la société où l'on diminue la Sécurité sociale, où l'on remet en cause les retraites, pas une société où les médias sont entre les mains des nantis (...) Quand quelque chose vous indigne comme moi-même j'ai été indigné par le nazisme, alors on devient militant, fort et engagé". 


Indigène éditions, 3 euros




Tags : Libertés



Nouveau commentaire :







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"