Le billet

Oui !


19/04/2017




Oui, non, peut-être, ça dépend, à moins que... Bornés mis à part, l'électeur de cette Présidentielle n'est pas un citoyen sûr de ses valeurs : il est le plus souvent indécis, calculateur, stratège. Et que je te suppute, conjecture, pronostique pour un concours qui s'annonce tragiquement foireux. Reconquérons notre droit de vote. Disons quel avenir nous désirons pour nos enfants, les générations futures, et préparons ainsi, loin de la duperie de l'homme providentiel, les inévitables et nécessaires confrontations de demain. Alors tout devient plus simple. Oui, sans aucun chantage, à une Union européenne forte,  sociale, solidaire, démocratique, écologiste. Oui à une solidarité moderne liée à la transformation du travail. Oui à une vraie égalité des droits et des devoirs dans l'éducation, la santé, la justice. Oui à une France multiculturelle riche de ses différences... Sur les 11, il y en a bien un qui peut aider à ça ! Oui, un. Vite, son nom ! Ah non. Secret de l'isoloir.

Michel Rouger

oui.mp3 Oui.mp3  (1.81 Mo)






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Ensemble - 13/09/2017

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

Ça va, chef ? - 27/07/2017

​Régime - 20/07/2017

​Pénible - 13/07/2017

Humanité - 27/06/2017

​Hollanderie - 21/06/2017

Couché - 15/06/2017

Communiquons - 01/06/2017

​Tapis rouge - 18/05/2017

​Marchons - 08/05/2017

​Insoumis, mon ami - 04/05/2017

Quarté + - 13/04/2017

​Parole - 30/03/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​Le mal des soignants

Un mal ronge le milieu de la santé : la violence sur les jeunes en formation. Un nouveau diagnostic révèle même un aggravation chez les futurs infirmier.e.s. Ils se déclarent stressés (78%), épuisés psychologiquement (62%), usagers parfois de psychotropes (27%) et pas seulement à cause du poids des études ou de la précarité qui les oblige à bosser : ils se disent aussi victimes de discriminations (36,5%), de harcèlement (33,4%)... Le milieu n'a jamais été d'une grande douceur mais l'austérité injectée à haute dose depuis des années a mis les soignants eux-mêmes sous tension. Le mal frappe à tous les étages mais le principal c'est que les comptes de la Sécurité Sociale, eux, se portent mieux. 

Michel Rouger

21/09/2017

Nono




Webdoc "Les 11 de Saint Péran"







Newsletter