Vu, lu, entendu...

Meirieu, un pédagogue aux côtés des élèves abîmés


26/03/2012




Meirieu, un pédagogue aux côtés des élèves abîmés
Philippe Meirieu est de longue date un miltant de l'éducation populaire. Instituteur de classe unique, en début de carrière, il découvre « des élèves abîmés, qui s'abîmaient entre eux, qui abîmaient l'école et qui abîmaient parfois les gens autour d'eux » et aussi « beaucoup d'adultes qui avaient baissé les bras et qui considéraient que la seule chose qui restait à faire était de les garder en essayant qu'ils fassent le moins de dégâts possible.  »

Il découvre alors « Lettre à une maîtresse d'école » livre écrit par des enfants recueillis par un curé des Abruzzes. La lettre s'adresse à cette maîtresse qui les a exclus de l'école.  « Si j’étais l’Etat, je vous payerai un forfait. Tant pour chaque enfant qui réussit, ou plus exactement un prélèvement sur votre salaire pour tout enfant qui ne réussit pas à passer en classe supérieure. (...) Il faudrait voir comment vous vous relèveriez la nuit pour chercher le moyen de les faire passer. Actuellement, plutôt que de faire ça, vous dites qu’ils ne sont pas doués. Ca vous permet de ne pas avoir à vous creuser les méninges pour trouver un moyen de les faire réussir.  »

Ce texte lui fait comprendre que l'éducateur doit faire le pari de l'éducabilité. « Tout le monde peut apprendre et grandir et en même temps nul ne peut apprendre ou grandir à la place de quelqu'un parce que les êtres humains et les petits d'homme sont des sujets en constitution. (...) On ne les fabrique pas, on les accompagne dans l'émergence de leur individualité, de leur personne, de leur liberté. »


Philippe Meirieu a dirigé CAP CANAL seule chaîne de télévision en Europe consacrée à l'éducation.  Initiée par la ville de Lyon, elle diffuse sur la région Rhônes-Alpes et par internet.

Cliquez sur Cap infos Les décrocheurs : Philippe Meirieu y accueille Gilbert Longhi, proviseur et auteur de « Décrocheurs d'école »,  Christine Maurel, parent de décrocheur, Naïma Benjamin, professeur, Ugo, ancien décrocheur et Pierre Souchaud, critique d'art. 

Pour en savoir plus 

Lettre à une maîtresse d'école, article sur Don Lorenzo Milani et les enfants de Barbiana sur le site d'ATD Quart Monde





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2015 - 12:04 Une « arme d'instruction massive » en Argentine

Mercredi 16 Septembre 2015 - 08:03 Pauvreté : DVD sur le croisement des savoirs

Vu, lu, entendu...







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Penelope

On peut le révéler : l'affaire Fillon est finie. Ouvrage il y a eu. Dans la solitude de son château, Penelope tricotait ardemment au coin du feu des chandails et des chaussettes pour les pauvres que son mari opiniâtrement créait à Paris, avec son parti. L'assistante parlementaire assistait. Ça fait cher la pelote mais la laine du mouton noir du natal Pays de Galles n'est pas donnée. Penelope aurait bien aimé aussi, pour l'abbé Pierre, abriter quelques familles sans logement mais il est difficile de cohabiter avec ces gens-là. Comprenons bien que François et Penelope souffrent en ce moment tant ils se sentent en accord avec leur foi catholique qui leur répète que les pauvres sont habillés pour le paradis. Avec Penelope et Les Républicains, prions pour que François Fillon devienne président et applique son programme : développer la pauvreté et aider Penelope à faire sa pelote.

Michel Rouger

01/02/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"